Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

20 octobre 2011 4 20 /10 /octobre /2011 06:51

Tout comme bon nombre de quartiers de la capitale économique, Cadjèhoun est aussi frappé par l’inondation. Des rues aux maisons, en passant par les écoles et autres marchés, tout prend de l’eau dès qu’une goutte d’eau tombe du ciel. Pour apporter une solution durable à ces problèmes d’inondation cyclique, le président Boni Yayi habitant du quartier Cadjèhoun a demandé que les rues soient pavées et des caniveaux construits pour  assurer une meilleure canalisation des eaux et surtout leur écoulement tout ceci dans le but de soulager les populations. Pour la réalisation des travaux de construction desdits caniveaux, c’est l’entreprise du président de la coordination des sages de Cadjèhoun, Cyrille Dégbèlo qui a gagné le marché. Toute chose que les populations ont applaudi dans la mesure où en tant qu’habitant de Cadjèhoun et qui plus est, le président de la coordination des sages, il allait s’investir à fond pour la réalisation des travaux. Mais c’est sans compter avec la mauvaise foi qui anime l’homme. Puisque non content d’avoir sous-traité le marché avec une autre entreprise, le gendarme démissionnaire n’a pas daigné respecter les clauses du contrat qui le lie à la société Geb Building and Construction qui n’a reçu que 2 millions sur les 4.380.000 Fcfa arrêtés. Une situation qui a amené ladite entreprise à abandonner le chantier. Mais comme si cela ne suffisait pas, Cyrille Dégbèlo est allé chercher des apprentis maçons pour achever les travaux. Résultats : les dallettes fabriquées et posées sur les caniveaux sont de piètre qualité. Ces dernières ne tenant pas bien sur les caniveaux, les populations courent de grands risques en marchant sur elles. Selon certains témoignages, plusieurs personnes se seraient déjà blessées en marchant sur les caniveaux. Plus grave, un sage a confié que de retour des classes, les enfants s’amusaient à courir sur les caniveaux quand subitement, une dallette s’est affaissée. L’enfant aurait eu la vie sauve grâce à la diligence des personnes présentes sur les lieux du drame. Et comme pour cacher son forfait, c’est nuitamment qu’il a mobilisé des apprentis maçons pour colmater les brèches. Cependant le problème demeure. Le président Boni Yayi qui a eu la sensibilité de proposer cette solution doit réagir au plutôt afin que Cyrille Dégbèlo puisse reprendre les travaux sinon, les caniveaux risques de devenir des tombes pour les habitants du quartier et ses alentours. Affaire à suivre…

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Société
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !