Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

9 septembre 2011 5 09 /09 /septembre /2011 04:13

charles-élysée e.

C’est désormais un secret de Polichinelle qu’à l’instar de ce qu’est le sang pour l’organisme humain, l’énergie est tout aussi vitale pour toutes sociétés qui aspirent au développement. Compris sous cet angle, la disponibilité permanente de l’énergie est un signe précurseur d’autonomie. Le Cous (centre des œuvres universitaires et sociales) de l’université d’Abomey-Calavi a en charge la gestion de tout ce qui a trait au volet social des étudiants à savoir : paiement des différentes allocations, la restauration, l’hébergement et tout ce qui l’entoure, la fourniture d’eau et d’énergie électrique etc. Cette mission comme on pouvait s’en douter a tout l’aire d’une gageure. En effet, c’en est un. Et la question qu’on se pose, est de savoir si le Cous joue bien sa partition? Des constats faits et des propos qui nous ont été rapportés, une plainte revient de façon récurrente ; celle relative à la non disponibilité permanente de l’eau et de l’énergie électrique dans les cabines universitaires  et les amphis. Pour le volet concernant les amphis, il est aisé de constater que régulièrement des zones entières du campus sont privées du jus. La méthode est fort simple. On coupe le jus pendant une demi-heure à environ 1 heure de temps, histoire de décourager les étudiants qui sont devenus entre-temps indésirables. Du coup, les travaux dirigés communément appelés (Td) organisés soit par les écoles ou par les doctorants prennent qui durent jusque tard dans la nuit prennent un coup dur. Cet état de chose, il est certain, a des répercussions sur la qualité de l’enseignement qui est dispensé sur le premier campus universitaire du quartier latin de l’Afrique. Du côté des cabines universitaires, le phénomène prend un autre visage et la méthode ici diffère également de celle précédemment évoquée. Ici, le phénomène s’observe quasiment tous les soirs et est même perceptible à des kilomètres à la ronde en raison du fait que les résidences universitaires sont pour la plupart des immeubles à sept voire huit niveaux qui surplombent toute la zone. La méthode utilisée est pour le moins qu’on puisse dire dangereuse et porte préjudice aux divers appareils qu’utilisent les pensionnaires. Les quelques autorités approchées qui ont bien voulu s’extérioriser sur le sujet ont toutes demandé à le faire sous anonymat. De leurs interventions, on retient essentiellement que c’est une stratégie mise en place par le Cous pour empêcher les étudiants récidivistes d’utiliser les plaques chauffantes pour faire la cuisine dans l’intervalle de temps de 20h à 23h30mn. En effet, il est courant, nous avons eu le temps de le constater lors de nos investigations que dans presque toutes les cabines, il y a une de ces fameuses plaques chauffantes qu’ils prennent soin de cacher aux regards indiscrets des autorités. Ces plaques avouons le sont d’une très grande consommation et, c’est pour freiner tant soit peu la consommation de l’énergie électrique par les étudiants que le Cous procède de la sorte nous ont-ils confié car se faisant, il les empêche dans une certaine mesure d’utiliser ces engins énergivores.

A suivre…

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Société
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !