Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

4 janvier 2011 2 04 /01 /janvier /2011 06:14

La prudence enseigne qu’il est bien de recevoir des conseils, mais il est mieux de les analyser avant de les appliquer. Dans la crise qui secoue actuellement la fédération béninoise de football, les derniers développements prouvent que l’ex-président de la ligue professionnelle de football a été mal conseillé. Mieux, ceux qui l’ont mal conseillé n’ont pas prévu dans leur plan machiavélique ce retournement de situation. Avec l’intervention de la Fifa et le respect par le gouvernement béninois de la décision de cette dernière l’enjoignant de rouvrir les portes de la fédération béninoise de football mises sous scellé par le ministre de la jeunesse et des sports Modeste Kérékou, mais aussi les dispositions prises par le président Anjorin pour combler le vide laissé par les démissionnaires, histoire d’avoir de la ressource et pouvoir continuer l’œuvre salvatrice qu’il a entamée bien avant que les aventuriers d’une saison ne viennent semer la pagaille, et surtout la disponibilité des frères Didavi, qui pour leur souci de voir l’entreprise footballistique dynamique au Bénin, ont accepté de travailler avec le président Anjorin et pour comble de tout, la nomination d’un des frères Didavi au poste de Directeur exécutif de la fédération béninoise de football, les mauvais conseillers de Ajavon, ceux-là qui l’ont poussé dans ce bourbier aux issues incertaines, ont tôt fait de comprendre que tout est perdu. Mais malheureusement, comme nous sommes au Bénin, un pays reconnu comme particulier en son genre, ‘’les rapaces’’ (mauvais conseilleurs), ont tenté vainement de revenir dans le camp du président Anjorin Moucharaf. Comme toutes leurs tentatives se sont révélées infructueuses, ils ont alors décidé de jeter le masque en passant à la vitesse supérieure. Leur nouvelle trouvaille a été de porter atteinte à la vie de ceux-là qui n’ont de souci que de booster le sport roi au Bénin. Ainsi donc, selon des sources bien informées, ils auraient recruté des tueurs à gage dans la région de Sèmè-Kraké et les têtes du président Anjorin Moucharaf, celle du vice-président l’honorable Ahouanvoebla et celle des frères Didavi seraient mise à prix. Informés, les intéressés ont pris les dispositions qui s’imposent en de pareilles situations. Et pour parer au plus pressé, l’Etat béninois a mis à leur disposition les forces de sécurité publique et ouvert une enquête afin que les commanditaires soient démasqués et que le peuple béninois sachent qui sont les apatrides qui en veulent à la vie de certains de ses vaillants fils qui œuvrent sans désemparer pour que le peuple béninois puisse connaitre un jour la gloire de voir ‘’les Ecureuils’’ soulever le trophée à la Coupe d’Afrique des Nations.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !