Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 03:02

charles-élysée e

Une fois encore, le président Boni Yayi vient de démontrer à quel point il est à l’écoute de son peuple. En effet, qu’il vous souvienne que ces derniers jours, votre journal ‘’Le Béninois libéré’’ a abondamment communiqué autour de la crise de leadership qui a sévi entre deux structures relevant de la juridiction du ministère de l’économie maritime à savoir : la Sobemap via ses dockers et la société Crédocof gestionnaire du Bureau d’embauche unique. Cette guéguerre, faudra-t-il le rappeler, a crée d’énormes manques à gagner à l’économie béninoise car le Port autonome de Cotonou représente le poumon de l’économie béninoise et cette crise non seulement l’a fragilisée d’avantage, mais aussi et surtout elle a contribué à endetter les opérateurs portuaires dont : les armateurs, les transitaires et les consignataires. Aujourd’hui, il est heureux de constater que les nombreux cris de détresse de ces opérateurs économiques par le biais de votre journal ont été entendus par la haute autorité qui a convoqué et reçu hier en son domicile aux environs de 9 heures du matin le Directeur général de la Sobemap Alassane Soumanou et le ministre de l’économie maritime Issa Badarou Soulé. Au menu des discussions, la volonté du chef de l’Etat de s’imprégner des contours du dossier. Des explications des uns et des autres, le président Boni Yayi a compris que c’est en fait le ministre de l’économie maritime Issa Badarou Soulé qui sème gratuitement la confusion. Des propositions des uns et des autres pour une sortie de crise, seules celles du directeur de la Sobemap ont été acceptées. Boni Yayi a donc instruit Issa Badarou Soulé aux fins de remettre la Sobemap dans ses droits afin que les armateurs puissent renouer à nouveau avec la destination Bénin pour le bonheur de l’économie béninoise. Entre-temps, le chef de l’Etat a instruit l’autre partie de se retirer  et à passer  un coup de savon à Issa Badarou Soulé. Il lui aurait été reproché d’avoir commis des actes de népotisme qui ont déteint sur les performances économiques du port. Les jours à venir nous édifieront sur la conduite du ministre de l’économie Issa Badarou Soulé étant entendu que le président Boni Yayi ne lui a pas donné raison et l’a désavoué. Au-delà de toutes supputations, voilà un acte concret qui vient apporter de l’eau au moulin des résultats de la présidentielle qui ont montré la volonté résolue des populations d’opter pour la continuité du Changement.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !