Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

28 octobre 2011 5 28 /10 /octobre /2011 05:57

charles-élysée e.

 

C’est la salle rouge du palais des congrès qui a abrité la rencontre qu’on peut qualifier de ‘’vérité’’ car de part et d’autre, les langues se sont déliées et les tares qui minent le secteur portuaire mises à nues. A cette rencontre, il y avait non seulement le président du parlement nigérien et ses compatriotes, mais aussi le ministre béninois de l’économie maritime et celui de l’économie et des finances. D’entrée de jeu, le président du parlement nigérien a fait honneur  à ses compatriotes vivant au Bénin en s’adressant à eux en langue Haoussa. Ces derniers ne sont pas allés du dos de la cuillère pour dénoncer le rançonnement dont ils sont victimes, le récurrent problème de l’accès au port et fustiger également les manœuvres dilatoires des sociétés consignatrices qui leur font perdre des millions. C’est sur ces réquisitoires que la parole a été donnée au directeur général du port afin qu’il puisse s’expliquer. Ce dernier prenant la parole, a reconnu que l’exploitation qui est faite du port aujourd’hui, cause d’énormes problèmes aux usagers y compris les corrupteurs et les corrompus, mais qu’il s’attèle à les résoudre et la preuve de sa bonne foi est sa disponibilité permanente de jour comme de nuit. Il a également rappelé qu’il y a l’opérationnalisation du ‘’Sica’’ à compter du 1er novembre et la mise en service du site de 15 ha de la société Astral aménagé à Allada pour recevoir les camions en transit vers les pays de l’hinterland. Enfin, il appelle tous les acteurs portuaires à la collaboration. En ce qui concerne le ministre de tutelle Jean-Michel Abimbola, les problèmes sont les mêmes que ce soit du côté béninois que celui nigérien. Mieux, des plaintes lui parviennent et font état de ce que les opérateurs béninois sont discriminés par rapport à ceux nigériens. Mais, bientôt toutes ces difficultés seront aplanies grâce au port sec de 100 ha en construction à Tori. Également la mise en œuvre du tracking et du scanning supprimera les faux frais de concert avec l’opérationnalisation du guichet unique. C’est avec le souhait que le port, instrument de logistique puisse assurer le développement des deux pays qu’il a fini son intervention. Son collège de l’économie et des finances est allé également dans le même sens. Pour Adidjath Mathys, de la tournée d’hier qui est partie du terminal à conteneurs du port au site d’Allada pour finir au guichet unique, elle n’a plus aucun doute que le président du parlement nigérien est désormais convaincu que les difficultés soulevées et les récriminations faites par les opérateurs économiques nigériens seront aplanies avec les réformes engagées au port de Cotonou. Le n°2 nigérien prenant enfin la parole a soulevé la nécessité d’un contact permanent entre d’une part les autorités béninoises et d’autre part les responsables nigériens. C’est sur ces mots de franche collaboration que la rencontre a pris fin.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !