Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

8 novembre 2010 1 08 /11 /novembre /2010 03:16

La récente visite d’une délégation  iranienne au chef de l’État  au nom de l’aide humanitaire continue de faire des vagues. En effet, plusieurs observateurs se demandent par quelle alchimie, le peuple frère d’Iran a pu s’intéresser aussi subitement à ce qui se passe  dans les régions inondées du Bénin. Une première certainement, mais qui ne convainc personne, fait jaser et laisse craindre le pire. Si les informations relatives à un accord illicite entre Yayi et les Iraniens au sujet d’une éventuelle tractation d’uranium, peuvent être contestées par le chef de l’État béninois, il y a que le fait du soudain réchauffement des relations entre l’Iran et le Bénin reste curieux et interpelle. En tout cas, la stratégie politique impose au chef de l’État béninois de ne pas,  pour une poignée de dollars et quelques dizaines de véhicules 4X4, comme nos  sources nous le confirment, se lancer dans un business dont l’impact dévastateur dépasse largement sa seule personne.

Pour qui connaît la fébrilité  de la communauté internationale sur la question de l’uranium et plus encore de son enrichissement, saurait qu’il vaudrait mieux engagé un grand détour pour éviter d’être pris au carrefour des affaires louches d’uranium avec Mahmoud Ahmadinejad. Ce dernier est, depuis des lustres,  accusé de se servir de l’uranium à des fins militaires. D’ailleurs, l’homme fort des mollahs iraniens ne cache pas son dédain pour l’opinion de la communauté internationale quant à ce qu’il pourrait faire de ce combustible. C’est justement pour cela que les pays occidentaux, et les États-Unis en tête, le suivent avec une attention particulière. Ses fréquentations aussi. Or voilà donc qu’après tout le monde, et surtout après que les eaux se sont retirées, une délégation d’Iraniens vient proposer son aide au Bénin et invite son chef à Téhéran. Une nouvelle amitié visiblement réchauffée par la proximité de l’uranium nigérien, mais qui pourrait être refroidie par la montée en puissance des Républicains qui sont au contraire des Démocrates très regardant sur les fréquentations des pays inscrits sur la liste noire, des pays dits soutenant le terrorisme. Du coup, la légèreté dans laquelle semble s’installer le Prince du Changement quant à ses nouveaux amis iraniens, risque de nous être fatale sous peu. Les conseillers de Yayi devraient le prévenir  du danger qu’il y a à faire commerce avec  Téhéran.    

(LBL, 05/11/2010)

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !