Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

23 novembre 2010 2 23 /11 /novembre /2010 04:44
L’espoir est le pilier du monde, dit un proverbe africain. Cependant, ce n’est pas pour autant qu’il faut développer une culture attentiste d’un espoir qui se fait attendre et qui peut-être ne viendra jamais. Quels sacrifices le gouvernement du Changement n’a-t-il pas fait en insufflant des milliards de Fcfa dans la filière coton depuis 2006 à ce jour ? Et pourtant, l’effet escompté loin de se rapprocher s’éloigne de jour en jour au grand dam des acteurs du monde agricole. Malgré les désillusions et autres, le gouvernement avec en tête son chef continue de foncer tête baisée comme pour dénicher un trésor qui semble n’être plus présent. Des milliards investis, des machines agricoles et des centres et autres lycées agricoles, le gouvernement ne manquent pas d’ingéniosité pour montrer sa volonté de faire de la révolution verte une réalité. Le résultat de tout cela se résume à un fiasco total. Et pour cause, depuis 2006, la filière coton ne s’est pas relevée. Seul le désarroi des cotonculteurs a accru. Les machines agricoles aussi tardent à donner le résultat attendu. Quant aux autres initiatives, c’est le statu quo. Voilà ce à quoi les populations ont droit et qui devrait amener le gouvernement à prendre conscience et à se résoudre à réduire les investissements faramineux dans le domaine agricole et se tourner vers d’autres domaines plus réalistes pouvant générateurs de revenus et d’emplois. Malheureusement, c’est ce monde trop vieux pour le régime du Changement que Michel Sogbossi, à la tête du ministère de l’agriculture, croit pouvoir faire quelque chose. Cet homme n’hésite pas à montrer toute sa volonté à révolutionner l’agriculture aux côtés de celui qui l’a appelé autour de la marmite. Visites de sites agricoles et tournées à travers le pays sont le lot quotidiens du ministre Sogbossi qui ne sait pas qu’il ne pourra rien apporter à son département principalement le coton moribond sinon mort depuis fort longtemps. Au lieu qu’il se cramponne à ce poste sans grand espoir, il ferait mieux de sauver son honneur en partant plus tôt avant que la révolution verte ou plutôt révolution illusionniste ne l’engloutisse. Certainement que les gens ont encore raison de dire que l’autre, mangement ministériel est plus doux que l’honneur d’une démission.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !