Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

1 décembre 2011 4 01 /12 /décembre /2011 07:25

Jk

 

Après les députés Antoine Dayori, Valentin Aditi Houdé, Venance Gnigla sans oublier les autres hommes politiques tel que Dansou Dossa, qui ont décidé d’apporter leur soutien aux actions du chef de la mouvance présidentielle, Boni Yayi, dans sa vision de faire du Bénin un pays émergent, c’est le tour des députés Edmond Agoua et Cyriaque Domingo d’apporter eux-aussi leur pierre à l’édifice. Ils l’ont fait de façon officielle hier lors de l’audience à eux accordée hier, mercredi 30 novembre 2011, par le président de la République Boni Yayi. Ces hommes antan yayistes purs sangs, qui ont trainé le nom de Yayi et le Changement dans la boue, et l’ont botté en touche, pour embrasser l'Union fait la Nation et son candidat lors des présidentielles de mars 2011, reviennent en force au sein de la mouvance plurielle en faisant leur la citation de l’ancien président et chef de l’Olp, Yasser Arafat : « Laisser derrière soi le passé pour construire l'avenir ». Avec leur départ de l’Union fait la Nation, il n’y a plus que Bruno Amoussou pour se plaindre même s’il sait pertinemment que ce sont des commerçants politiques qui courent dans tous les sens pour sauver leur seule tête. En tant que patrons de parcs de véhicules d’occasion, Agoua et Domingo ont choisi se rapprocher de Yayi afin que sa menace de retirer l’agrément aux gestionnaires de parcs qui ne veulent pas se plier au Pvi, ne les frappe pas. Toutefois, en rejoignant la grande famille mouvancière, ils disent répondre aux desiderata de leur base, comme l’ont souligné le président du Parti de la rénovation pour la solidarité et le progrès (Prsp),Cyriaque Domingo, hier au palais de la Marina et  le président du Parti pour la démocratie et le progrès social (Pdps), Edmond Agoua, il y a quelques jours à Glazoué lors de sa réception dans l’Ordre national du Bénin. Pratiquement, le même refrain que tiennent tous ceux qui veulent se rapprocher de la marmite mouvancière en pensant tourner dos aux dures périodes de vaches maigres en tant qu’opposants. Pour ajouter un peu plus de piquant dans leur adhésion à la cause de la mouvance présidentielle, le député Domingo a dit qu’ils sont aussi venus pour expliquer à Yayi comment cela marche dans la filière des véhicules d’occasion car selon celui-ci, si on ne lui explique pas, il ne comprend pas. Autrement dit, c’est en grands experts du domaine qu’ils sont venus rencontrer Boni Yayi afin de l’encourager dans sa dynamique des réformes qu’ils jugent salutaires et nécessaires pour le Bénin. C’est en quelque sorte le plat servi à Boni Yayi qui accepte tous ceux qui rejoignent son camp. Reste à savoir si cela va dans le cadre de la Refondation et surtout du renforcement du Pvi. Après, tout, Nelson Mandela n’a-t-il pas dit : « Savoir pardonner pour vivre ensemble. » Affaire à suivre…

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !