Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

19 octobre 2010 2 19 /10 /octobre /2010 03:00

Ce n’est plus qu’un secret de polichinelle pour qui a pratiqué récemment l’axe Akassatoa /Bohicon que cette voie végète dans un état de dégradation avancée. Cet axe dont l’importance au plan économique n’est plus à démontrer est abandonné par les autorités en charge de l’entretien routier.

romuald tchoukpa

 

Il suffit pour se rendre compte de la pertinence du fait dénoncé ici de faire le trajet par voie terrestre de l’axe Akassato/Bohicon pour se rendre compte de la misère des usagers. En effet cet axe dont l’importance au plan économique n’est plus à démontrer, se trouve dans un état de dégradation tel que, le trajet qui se fait en temps ordinaire en 2H de temps, se fait actuellement en 5H de temps avec le risque élevé de devoir faire un tour chez le mécanicien ou le vulcanisateur pour refaire une santé au véhicule. La chose peut paraître anodine à certains points de vue. Mais à y voir de prêt, cela représente un manque à gagner très important pour l’Etat béninois, sans compter les nombreux accidents que crée cette situation. En lieu et place des nids-de-poule qu’on voit habituellement en pareille circonstance, c’est plutôt des nids d’autruches, qu’on observe sur cet axe. Les trous qui jonchent cette voie sont aussi béants que la bouche d’un cratère de volcan. Pourtant il existe au Bénin, un ministère chargé des travaux publics et du transport. Mieux, au sein de ce ministère, se trouve une direction chargée de l’entretien routier. Alors, la question qu’on est en droit de se poser, est de savoir, le rôle que jouent les cadres qui y travaillent. L’autre question qui talonne l’esprit face à cette situation est : à quoi servent les fonds collectés au niveau des différents postes de pesage péage ? Dans l’un comme dans l’autre cas, la conclusion est que les autorités ne se font aucunement du souci par rapport à cette voie. Pire le chef de l’Etat lui-même, s’étant rendu compte de la gravité de la situation, n’emprunte plus la voie terrestre depuis un certain temps. Le président Boni Yayi n’a pas trouvé mieux face à une situation désobligeante que de prendre maintenant son hélicoptère. En effet, c’est l’hélicoptère qui sert désormais de moyen de transport au chef de l’Etat Boni Yayi pour fuir le calvaire que subissent les usagers de cet axe  pour se rendre dans le zou. C’est quand même paradoxal ce comportement du chef de l’Etat qui prétend pouvoir verser son sang pour ses compatriotes. Il urge que les autorités du ministère des transports terrestres, en particulier le ministre songe, à trouver les voies et moyens pour avoir les subventions nécessaires à la réfection de cet important axe de notre patrimoine  routier.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !