Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

19 janvier 2011 3 19 /01 /janvier /2011 05:11
(C’est comme s’ils ont fait un deal avec l’opposition) Face à un bilan qui peut bien séduire nos compatriotes, Icc-services et consorts s’impose à Yayi comme une équation à douze mille inconnues. Sa réélection tient de la résolution de cet épineux problème. Et c’est pour désinfecter cette grosse plaie et espérer sa cicatrisation avant les élections que Boni Yayi à travers les différents comités de crise, de gestion et de suivi, a ordonné le paiement des spoliés par les structures illégales de placement de fonds. Mais il se fait que le facteur temps est plus que jamais déterminant dans ce dossier. Puisque la voie judiciaire censée régler définitivement la question peut bien mettre une décennie à aboutir. Pendant ce temps, nombre des biens saisis auprès des responsables devront subir la rigueur du temps et des intempéries. Au vu de ces nombreux obstacles qui jonchent le sentier cauris pour la reconquête du pouvoir, Boni Yayi a trouvé une approche. Le sauveur autoproclamé des spoliés de Icc-services et consorts, instruit ses lieutenants d’entrer en négociation avec Guy Akplogan, Ludovic Dohou et Emile Tégbénou. Le deal consiste à convaincre ces pensionnaires de la prison civile de Cotonou de vendre par eux-mêmes les biens entre temps répertoriés et saisis pour faire gagner du temps au régime du Changement d’une part et aux spoliés d’autre part, car les testes sont on ne peut plus clairs qu’en l’état actuel des choses, ni Boni Yayi encore moins les membres de la commission diligentée à cet effet ne pourra vendre ne serait-ce un rétroviseur d’une des voitures saisies. Ce qui fait dire que Boni Yayi est sur la bonne voie en choisissant l’option de la négociation. Le chantage grotesque et épais Curieux que cela puisse paraître, Guy Akplogan et sa troupe qui sous d’autres cieux auraient saisi l’offre de Yayi au bond, n’ont pas daigné bouger le petit doigt. Ils ont craché à la face de l’Agent judiciaire du trésor Mme Sévérine Lawson l’envoyée de Yayi qu’on leur laisse le temps de réfléchir. C’est à croire que le sourire de leurs victimes n’est pas leur problème. Pas plus que les intérêts du sauveur que Yayi aurait récolté de l’aboutissement de cette nouvelle phase. Autrement dit, Guy Akplogan et compagnie sont purement et simplement en train de faire du chantage à Boni Yayi. Car de leur position, on ne crache pas sur de pareilles offres qui devraient arranger les trois parties. Eux, leur bonne foi débouchera sur leur liberté, les victimes, le grand sourire pour avoir été remboursées et Yayi, les dividendes d’une mission bien accomplie. A moins que les quelques mois passés à la prison ont transformé Tégbénou, Akplogan, Dohou et les autres en d’irréductibles adversaires de Boni Yayi prêt à planter des mines sur le terrain qui pourrait conduire à la réélection de ce dernier. Affaire à suivre aboubakar takou

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !