Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

8 décembre 2010 3 08 /12 /décembre /2010 04:48

(La preuve que le sabre de limogeage plane toujours sur sa tête)

 

jean kpingla

Lorsqu’ un chef invite quelqu’un à son gouvernement, c’est dans l’espoir que celui puisse l’aider à atteindre ses objectifs. Parfois, il y a des choix qui se retourne contre soi et ce malgré les injonctions pour que cette personne prenne conscience de la mission à lui assignée. C’est malheureusement le problème auquel est confronté le président Boni Yayi avec son ministre de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche, Michel Sogbossi. Un ministre qui voit de jour en jour les problèmes dans son département s’accumuler pour avoisiner le mont Kilimandjaro si bien qu’on en vient à se demander jusqu’à quand Boni Yayi va continuer à porter un tel fardeau sans récompense. En effet, depuis l’arrivée de Michel Sogbossi à la tête du ministère de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche (Maep), plus rien n’y va. Mieux à voir tout se qui s’enchaîne dans les domaines de l’agriculture, l’élevage et le pêche, pour en venir aux personnels dudit ministère et de ses différentes directions affiliées, il est à constater que le ministère va doit dans le décor. Coton mort, lancement bancal et précipité de la campagne cotonnière lorsque même une seule capsule de plant de coton n’a été dépouillé de son précieux or blanc, insecticides non appropriés, supposée prise de mesures contre les navires étrangers sur les eaux maritimes béninoise, etc, tel est le lourd tribu qu’est en train de payer Boni Yayi à cause des initiatives improvisées du ministre Sogbossi. À cela s’ajoute les mauvaises conditions de vie et de travail de ses administrés qui voient leur avenir hypothéqué. D’ailleurs, c’est pourquoi ce lundi les  contractuels de l’Institut national de recherches agricoles du Bénin (Inrab) en un mouvement de débrayage, ont fait une marche de protestions avec pour point de chute le Maep. Malheureusement, on n’a pas pris la peine de leur accorder une attention car on feint de ne pas comprendre ce que représente cet institut. Dans ces conditions, il est à se demander si le ministre et ses collaborateurs veulent le développement de l’agriculture béninoise en se comportant de la sorte avec ces personnes qui mènent les recherches nécessaires pour déterminer ce qu’il faut faire pour l’essor de l’agriculture. Au regard de tout ce qui précède, Yayi qui ne sait plus où donner de la tête, analyse certainement l’option gagnante pour lui : le limogeage pure et simple de Michel Sogbossi car en politique seules les additions priment sur les soustractions.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !