Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 08:02

Dans un pays comme le Bénin où le revenu de l’Etat est essentiellement fiscal, le port autonome joue un grand rôle dans la mobilisation des ressources d’où la (dénomination) qualification de ‘’poumon de l’économie nationale.’’ Pour donc sécuriser le port en même temps que les recettes qu’elle génère, il fallait donc reformer le secteur. Ce qu’a compris le jeune ministre de l’économie maritime, des transports maritimes et des infrastructures portuaires Jean-Michel Abimbola en prenant deux arrêtés très important pour la survie et la compétitivité du port. Il s’agit notamment de l’arrêté N°051 portant exploitation du guichet unique au port de Cotonou et l’arrêté N° 052 portant fixation du barème des tarifs, des taxes et des redevances des prestations relatives à l’enlèvement des véhicules d’occasion en transit au Port de Cotonou et aux frontières terrestres. Ces réformes sont d’autant plus importantes et vitales pour le port de Cotonou dans la mesure où dans un passé récent, les formalités d’enlèvement des marchandises sont entachées de beaucoup d’irrégularités qui constituent des manques à gagner pour l’Etat. De même pour la filière des véhicules d’occasion, il existe désormais un barème qui est appliqué à tous les véhicules en transit par le port de Cotonou et par les frontières  terrestres.  Dans le même ordre d’idées, l’ensemble des formalités de transit à l’exception de la déclaration en douane est opéré auprès du centre de formalités, de transit des véhicules d’occasion sis au niveau de Bénin Control S.a.  Autant de mesures qui à (coût) coup sûr contribueront à l’amélioration des prestations fournies par le port pour une meilleure rentabilité.

 

 

Encadré : Une mission, un homme, des moyens

Le ministre de l’économie maritime, des transports maritimes et des infrastructures portuaires Jean-Michel Abimbola vient de prendre des arrêtés qui en même temps qu’ils contribuent à la compétitivité du port vont améliorer ses recettes. S’il est vrai que les réformes en cours dans le secteur portuaire sont vitales pour le poumon de l’économie nationale, il est aussi vrai qu’il faut les vulgariser afin que les différents usagers du port puissent se les approprier et s’y conformer. Le professionnalisme, la volonté et le dynamisme des membres de la Cellule de communication du ministère seuls ne suffiront pas pour réussir le pari. Il faut donc mettre à la disposition de notre confrère Roland Da Hèfa et de ses collaborateurs les moyens nécessaires pour accomplir convenablement la mission qui leur est assignée.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !