Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 06:28

(Ils doivent attendre jusqu’au 11 décembre pour rentrer)

 

Dur, dur d’être pèlerin béninois, c’est ce qu’il convient de dire à l’allure de ce que sont en train de vivre actuellement les pèlerins béninois en Arabie Saoudite. Autant leur départ pour la Mecque ne leur a pas été du tout facile, autant leur retour au bercail est en train de se transformer en un cauchemar  qu’ils n’ont jamais rêvé vivre sur la Terre Sainte de l’Islam. Comme à Cotonou, leur embarquement pose problème pour la  simple raison que la compagnie de voyage fait tout pour ne pas assurer le transport des pèlerins au Bénin. Il veut les dribbler. Ce qui fait qu’annoncer pour le 13 ou le 14 novembre au plus tard, le départ des pèlerins qui avait été enfin programmé pour le 20 novembre 2011, a été purement et simplement reporté au 11 décembre 2011. Autrement, les pèlerins béninois vont devoir encore passer près d’un mois à la Mecque. Un véritable retournement de la situation qui donne de dures céphalées à nos compatriotes qui quoiqu’en terre sainte, ne savent pas à quel saint se vouer. La preuve, c’est que leurs maigres ressources qui leur restaient après les nombreux jours de galère à Cotonou, sont terminées. Et c’est dans ces conditions qu’on leur annonce qu’ils devront patienter jusqu’au 11 décembre prochain. Comment vont-ils survivre en terre étrangère sans l’appui du gouvernement qui ne s’intéresse plus à leur situation ? Normalement, le président Boni Yayi a l’obligation d’assurer non seulement un bon séjour à ces pèlerins à la Mecque mais aussi et surtout leur retour en pleine forme au bercail. Malheureusement, ici au Bénin on se fout d’eux puisque les yeux sont rivés sur la venue du pape Benoit XVI à Cotonou. Autrement dit, les malheureux pèlerins que la compagnie de voyage manipule à sa guise ne constituent pas une priorité pour le gouvernement. C’est la triste réalité au Bénin où le gouvernement continue de cultiver sa mauvaise manie de ne pas venir en aide à ses fils en détresse ; le contraire de ce qui se fait ailleurs. D’ailleurs, les autres nations rivalisent d’ardeur pour le retour en paix de leurs pèlerins. Ils ont déjà programmé le départ des leurs de la Mecque. En définitive, la Mecque se vide de ses étrangers pendant qu’on demande aux pèlerins béninois de bien dresser leur natte  en attendant un probable départ dans un mois.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !