Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

27 août 2014 3 27 /08 /août /2014 16:14

« La perte du temps est la plus irréparable, et c'est celle qui inquiète le moins. » a écrit Axel Oxenstiern dans son ouvrage intitulé Réflexions et maximes en 1645. Des années plus tard, cette citation fait école au vu du peu d’importance qu’accordent bon nombre de personnes au gain de temps dans leur quotidien. C’est actuellement le cas au ministère de la santé où on a du mal à considérer à temps, les grands maux auxquels sont confrontées les populations. Il s’agit entres autres, de la lutte pour l’éradication du paludisme au Bénin. En effet, le ministre de la santé, Dorothée Kindé-Gazard, a procédé cette semaine au lancement de l’opération distribution gratuite de moustiquaires imprégnées aux ménages, en compagnie des partenaires. Cependant, la distribution ne sera pas automatique car c’est sa phase préliminaire (concernant le dénombrement des ménages) que le ministre vient de lancer. Des agents seront donc déployés sur toute l’étendue du territoire national afin de répertorier les ménages. Ce qui permettra de connaître le nombre de moustiquaires imprégnées à distribuer à travers tout le pays au profit des ménages. C’est après cette étape que la distribution proprement dite va se dérouler du 26 au 29 septembre 2014. Donc, plus d’un mois après. Certes, c’est une belle initiative mais elle arrive très en retard car la saison des pluies est à son terme. Or c’est pendant cette saison que sévit sérieusement le paludisme. Non seulement, la ministre n’avait pas fait de campagne de sensibilisation pour inviter les populations à se prémunir contre cette maladie qui est la première cause de mortalité en Afrique mais aussi et surtout l’opération qu’elle vient de lancer ne pourra pas sauver grand monde car en fin septembre, ce serait déjà la saison sèche dans une bonne partie du pays comme le Septentrion. Autrement dit, le paludisme aura fait ses ravages et les moustiquaires imprégnées qui seront distribuées en fin septembre ne pourront servir que de linceul aux victimes du paludisme. Triste réalité due à la nonchalance des autorités qui ont du mal à appréhender le fait qu’il faut savoir faire les choses quand il le faut car « le temps perdu n'est jamais retrouvé », a déclaré l’ancien président américain Benjamin Franklin. En définitive, le mal serait déjà fait avant que les moustiquaires imprégnées ne soient distribuées.

 

AY

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !