Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 04:50

Dans le cadre du lancement de ses activités, la Fondation Jeunesse Espoir (FJE) était il y a 8 jours à Soubroukou dans le septentrion. C’était l’occasion pour ses responsables de faire des dons aux populations afin de les soulager de leurs difficultés quotidiennes.


En Afrique au sud du sahara, le paludisme constitue l’une des premières causes de mortalité. Conscients de cet état de chose, les responsables de la Fje avec à leur tête, l’opérateur économique et président du Group Négoces Inter Inc  Richard Boni Orou ont pris la décision de lutter à leur façon contre cette pandémie. Ainsi, des moustiquaires imprégnées ont été offertes aux populations venues nombreuses vivre l’événement en live. Personne ne voulant se faire conter l’événement, hommes, femmes, vieux et jeunes ont pris d’assaut la place publique de Soubroukou. Du coup, l’endroit était devenu trop exigu pour contenir le monde qu’il y avait. On croyait que les dons allaient se limiter aux moustiquaires imprégnées mais grave erreur, car la Fje avait beaucoup d’autres tours dans son sac. En effet, sachant que la préparation de la rentrée scolaire est souvent difficile pour les parents d’élèves, ils ont offerts des fournitures scolaires aux populations afin de les aider à faire efficacement face aux charges financières liées à la rentrée scolaire. Cahiers, manuels scolaires, stylos à bille, boîtes mathématique…, bref tout ce qu’il faut pour que les élèves ne manquent de rien à la prochaine rentrée scolaire.  Mieux, le jour du lancement coïncidant avec la célébration avec la fête du ramadan et les responsables de cette association bénino-canadienne de développement apolitique ont partagé un repas avec les populations afin de leur témoigner  leur amour. Une chose qui a attiré l’attention des populations, c’est la présence très remarquable des têtes couronnées des localités environnantes qui sont venues appuyer sa majesté Massawa, roi de Soubroukou. Le roi quant à lui, n’a pas manqué de remercier ses compères pour leur soutien tout en leur expliquant que l’heureux donateur n’est pas à son premier geste.  A travers ces dons faits aux populations par la Fje, on sent la volonté de Richard Boni Orou et ses amis de contribuer au développement de Soubroukou.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Société
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !