Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

26 août 2010 4 26 /08 /août /2010 05:45

(Il ramène un sale dossier de la Sonapra pour liquider son collaborateur)

L’intégralité de la communication introduite en Conseil des ministres pour liquider le ministre  dans une affaire de la Sonapra.

Le président français Nicolas Sarkozy n’a pas protégé son ministre Eric Woerth parce que celui-ci était immaculé dans l’affaire Bettencourt. Mais il l’a fait pour assurer ses arrières en protégeant un bras droit, et c’est le BA-ba en politique. Chez Boni Yayi, c’est le contraire. N’ayant rien retenu de l’épisode Lawani qu’il a limogé puis envoyé à la vindicte populaire, Boni Yayi s’apprête maintenant à livrer Nicaise Fagnon. Dans quel intérêt ? Personne ne le sait.  En réitérant sa confiance à Nicaise Fagnon, il y a 02 mois de cela précisément lors de son dernier remaniement ministériel, on a cru que Boni Yayi a choisi de primer la loyauté et la fidélité dans la guéguerre qui oppose le député Dassoundo à son ministre. Et voilà que le 08 juillet dernier, sous son instigation, le nouveau patron du département de l’agricultire Michel Sogbossi introduit en Conseil des Ministres une communication sur : examen de la situation de non certification par les commissaires au compte des états financiers de la Sonapra de l’exercice clos au 31 décembre 2007. L’objectif de cette manœuvre est tout simplement de sortir un rapport long comme le bras d’un homme au sujet de ce que les deux commissaires au compte reprochent à l’ancien Dg de la Sonapra qui n’est autre que l’actuel ministre des Transports terrestres et aériens  Nicaise Fagnon. Dans les coulisses, on murmure que Yayi veut tenter de se fabriquer une virginité en toile d’acier  dans une affaire que l’opposion a mis au 4ème   point sur la liste des missiles qu’ils ont retenues pour défaire l’armure du prince du Changement. Quand on sait qu’il y a environ un an et démi, une certaine opposition parlant du dossier évoquait un scandale de plus de 50 milliards, on peut facilement imaginer avec quel champignon nucléaire Yayi veut s’amuser en allant dépoussiérer un dossier qui ne souhaitait que d’être oublié. Nicaise Fagnon envoyé à la Haute Cour avec une si grosse plaie au dos où il aura pour accusateur  Dassoundo et les autres députés de l’opposition qui avaient contre lui une dent aussi longue que la Tour Eiffel, on peut deviner la suite de la messe. Yayi aura alors le privilège de marcher gaillard dans les colonnes du Livre des recours Guinness pour aller s’asseoir sur le podium du chef de l’Etat qui aura réussi sans faute son autodestruction.

A. Sangokou

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !