Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

14 septembre 2010 2 14 /09 /septembre /2010 03:47

(Le préfet Houessou ouvre inutilement un autre front contre Yayi)

 

Il y a quelques jours seulement, les consultations d’un oracle connu pour ses prédications annonçaient des jours sombres pour le régime du Changement. Toutefois, l’oracle n’a pas manqué de faire des prescriptions à l’endroit des conseillers et autres collaborateurs du chef de l’Etat pour une amélioration voire un renversement total des tendances. Mais tout porte à croire  que ses collaborateurs ne sont pas dans cette logique. Chaque jour que Dieu fait, ils posent des actes tendant à enfoncer davantage le prince du Changement dans un labyrinthe sans issue. Et pour cause, le plan marchiavélique mis à exécution hier par le préfet de l’Ouémé /Plateau, Houéssou pour installer un yayiste à la tête du conseil communal relève d’une ruse mal pensée qui rendra le prince du Changement plus que jamais impopulaire dans cette région du pays. Pour pallier le remplacement du maire d’Adjarra, Gogan ,décédé il y a quelques jours, conformément à la procédure en vigueur, le conseil communal a été convoqué. Pour la transparence de l’élection, les parties en compétition ont convenu de la mise sur pied d’un bureau d’âge qui a été démocratiquement élu. Mais malheusement, aux environs 22 heures, la fatigue qui frappait déjà à la porte et les houleuses tractations n’ont pu permettre aux travaux d’aller jusqu’à terme pour la tenue effective de l’élection, il a été décidé de reporter les débats pour ce jour suivant les prérogatives du bureau d’âge. Tout le monde était rentré quand subitement, le préfet convoqua les 06 conseillers Fcbe et à coup de l’espèce sonnante et trébuchante, de promesses et même de menaces, réussit à débaucher trois autres conseillers du camp de l’opposition qu’il fait rentrer dans la salle et fait élire le maire dans des conditions vicieuses, dictatoriales et obscures. Désormais, il ne fait plus l’ombre d’aucun doute que la volonté de ‘’cauriser’’ toutes les 77 communes du pays est perçue comme une vision noble des nouveaux maîtres de la Marina. L’élection  scabreuse du nouveau maire d’Adjarra en est une preuve suffisante. Voilà qui est clair, le préfet des départements de l’Ouémé /Plateau Houessou vient d’ouvrir un nouveau front contre Yayi puisque la gestion de cette localité ne sera pas une mince affaire, Adjarra risque de devenir une commune ingérable pour son nouveau locataire. De toute façon, les prochains jours nous édifieront davantage sur les tenants et aboutissants de cette élection qui fait germer des protestations de toutes parts. A suivre …

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !