Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 04:23

(Il compte finir ce qu’il a entamé)

 

adounvo m. frédéric


Se présentera ou se présentera pas ? C’est la question que des milliers de Béninois notamment ceux partageant la vision du chef de l’Etat se posaient jusqu’au samedi 29 janvier dernier. C’est pour cette raison que depuis quelques semaines, les partis, mouvements, associations et personnalités de la majorité présidentielle  ont manifesté pour susciter la candidature de leur leader, le président Boni Yayi. Depuis le samedi dernier, en réalité, la réponse à cette  interrogation est connue. Le président Boni Yayi est bel et bien candidat à sa propre succession. C’est du moins ce que l’on retient de la convention nationale de la majorité présidentielle tenue le week-end écoulé au stade de l’Amitié de Kouhounou. Prévue depuis quelques semaines pour se tenir à la date du 29 janvier 2011, la convention nationale de la majorité présidentielle a comblé toutes les attentes. Cette cérémonie à nulle autre pareille a drainé vers ce lieu mythique, un monde gigantesque comme on n’en a jamais vu auparavant. Une foule immense, venue de tous les hameaux du pays pour marquer de leur présence cette cérémonie tant attendue. A 15 heures, tout le stade était déjà plein comme un œuf et il restait des milliers de gens dehors ne pouvant plus entrer pour faute de place. Mais fort heureusement,  ils ont pu se consoler avec les écrans géants installés aux abords du stade, l’organisation ayant tout prévu. Les excellentes prestations des nombreux artistes invités pour la cérémonie ont eu magie de mettre de la joie et de l’ambiance dans le cœur des nombreux militants, sympathisants et curieux qui ont effectué le déplacement. Comme artistes invités, on pouvait noter : Zeynab, Richard Flash, Tohon Stan, Sinas Yoro, Gbessi, Ella Martin’s, Sergent Marcus, Sagbohan Danialou, et surtout GG Lapino avec sa chanson fétiche qui avait fait mouche pendant la campagne présidentielle de 2006 et beaucoup d’autres artistes. Les différentes allocutions des représentants des étudiants, des femmes, des enseignants du primaire et du secondaire, ceux du supérieur, de la jeunesse, et des Zémidjans que ont été respectivement  prononcées par  Guy Mitokpè, Aline Affognon, Roger Dèdji, Placide Clédjo, Médard Agueh, et Ignace Yèhouénou ont clairement affiché la volonté de tout ce beau monde de voir le prince du Changement se mettre dans la course pour la magistrature suprême afin d’achever l’œuvre de développement qu’il a entamée.  Ils ont, dans leur intervention, énuméré tour à tour les louables actions menées par Boni Yayi au niveau de leurs groupes sociaux respectifs et affirmé être décidés à le soutenir plus que jamais pour un second mandat. On pouvait noter pêle-mêle des phrases comme : Boni Yayi l’original, la légende vivante, l’homme de la situation, l’homme de développement etc. A 17 heures, une grande folie s’empara de tout le stade. Il était là, le messie, comme le surnomment certains de ses proches, Boni Yayi qui  entra dans le stade sous des ovations  hallucinantes des populations prises d’hérésie. Boni Yayi, l’homme providentiel, fit le tour du stade à pied et pris un bain de foule comme il les aime avant d’aller saluer les personnalités installées à la tribune officielle. Les slogans préférés des populations à cette occasion étaient : Boni Yayi 10 ans ! Boni Yayi premier tour K.O ! Juste après son arrivée,  les ministres Modeste Kérékou et Rékia Madougou suivis du Ministre d’Etat Pascal Iréné Koupaki prirent la parole et firent leurs discours. Ils ont, chacun dans son intervention, fait l’apologie du Changement et de son chef.  Son souci permanent de bien faire, sa foi en la jeunesse et bien sûr sa vision de développement pour le Bénin ont été les principaux axes de leurs allocutions. Après eux, c’était le tour du prince de Changement  de prendre la parole et de faire son discours tant attendu. Son intervention a débuté par l’exécution de l’hymne national et l’observation d’une minute de silence en la mémoire de feue Bernadette Sohoundji Agbossou froidement abattue quelques semaines plus tôt. La première partie de son discours a été consacrée  aux  innombrables réalisations dans tous les secteurs du pays depuis 2006.  Il a, ensuite, tenu à remercier les têtes couronnées, les artistes, les hommes de culture, les femmes, les jeunes et toute la nation en général. Il a dit vouloir d’élections transparentes, apaisées et joyeuses. Par ailleurs, il se félicite des autres candidatures déjà déclarées, signe de la vitalité de notre démocratie. Ainsi, il se propose, dans son prochain mandat, de reformer le statut de l’opposition et le système partisan de notre  pays. Apres avoir énuméré les insatisfactions des 5 dernières années, il s‘engage à palier cela et se décide dans les 5 années qui viennent à accélérer une meilleure gouvernance, réduire les chocs exogènes, moderniser et accélérer l’administration, consolider et élargir  les bases de la souveraineté de notre pays etc. Aussi, est-il revenu sur la question de l’unité nationale qui est un impératif, pour la paix, pour une meilleure gouvernance, pour la lutte contre la corruption,  pour l’émergence  et pour le développement du pays.  JE DIS OUI.  Cette phrase tant attendue par ses fans est finalement sortie de sa bouche et a suffi pour mettre les populations présentes en liesse. Il a, pour finir, égrainé les actions qu’il mènera pendant les 12 premiers mois de son prochain et dernier mandat qu’il espère, lui sera renouvelé par le peuple.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !