Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

31 janvier 2011 1 31 /01 /janvier /2011 04:18

Un vaste réseau libanais de trafic de drogue et de blanchiment avec des ramifications en Afrique serait dans le collimateur des Etats-Unis. La Dea, le Us Drug Enforcement Administration en d’autres mots, l’Agence américaine anti-drogue a mis sur une liste noire toutes les sociétés appartenant aux ressortissants libanais supposés impliqués dans cette affaire de blanchiment d’argent selon la Dea citée par Rfi sur son blog notamment dans son article publié le 28 janvier dernier. Au nombre de ces Libanais, se trouve notre compatriote béninois d’origine libanaise Ali Mohammed Karroubi. Toutes ses sociétés aussi bien au Liban qu’au Bénin et dans les autres pays ont été mises sur cette liste. Ses marchandises (voitures) qui attendaient d’être embarquées des Etats-Unis font actuellement objet d’une saisie par la douane américaine. Mais tout ceci n’est que des mesures conservatoires puisque l’intéressé aura à jouir de tous les recours nécessaires devant la justice pour pouvoir les récupérer. Aux dernières nouvelles, ses avocats seraient à pied d’œuvre pour décanter la situation. Idem pour la rumeur selon laquelle, le jeune milliardaire a fui Cotonou à bord d’un jet privé pour une destination inconnue. Ses proches joints, ont signalé que le patron de Elissa-Groupe qui recevait des amis investisseurs étrangers, les avait simplement suivis pour conclure des affaires en Gambie, plus précisément à Banjul. Le sujet qui est actuellement sur toutes les lèvres a trait à ses accointances avec le régime du Changement. En effet, le jeune milliardaire qui a récemment fait de grands signes de générosité à l’endroit du gouvernement du Bénin et qui est d’ailleurs le seul expatrié à avoir érigé le siège de sa structure au Bénin, exécute plusieurs marchés publics. Et comme nulle part au monde, aucun opérateur économique ne peut prospérer en se mettant à dos un régime, Ali Mohammed Karroubi est plus ou moins proche du régime en place. Peut-on conclure qu’il est un ami personnel de Boni Yayi ? Bien malin qui répondra à cette question. La Dea n’étant pas synonyme de la justice américaine, notre compatriote Ali Karroubi a certainement encore des chances de se tirer des griffes noires de cet organe. Toujours est-il que cette affaire de mise des sociétés filiales de Elissa-groupe sur la liste noire de la Dea, est très mal tombée pour le patron du régime du Changement qui est lancé dans la course à la reconquête du pouvoir en février prochain.

jean kpingla

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !