Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

8 décembre 2010 3 08 /12 /décembre /2010 04:54

Jk

On ne sauve pas celui qui s’est délibérément jeté dans l’anus de Satan. Voilà comment les populations béninoises et plus précisément les victimes de l’escroquerie à grande échelle, Icc-Services, résument la supposée maladie grave de Guy Akplogan qui nécessiterait son évacuation sanitaire à l’extérieur. Évacuation sanitaire qui ne serait rien d’autre qu’une simple évasion sanitaire afin que ce mentor de Icc-services aille couler de jours paisibles en France ou ailleurs autre que le Bénin, ajoutent-ils. En effet, vu que l’affaire Icc-Services n’a pas encore été élucidée et pendante devant la justice, on ne saurait permettre une quelconque échappatoire à une tierce personne à plus forte raison, l’un des pionniers de cette escroquerie, Guy Akplogan car beaucoup de victimes continuent de mourir de chagrin et dans le dénuement total. Voilà pourquoi évoquer une évacuation sanitaire passe mal auprès des populations qui voient en cette stratégie, une manière pour Boni Yayi de protéger cet homme, et de ne pas lui permettre de faire des déballages qui pourraient le compromettre. Mieux, ils menacent d’aller plus loin en brandissant la menace de brûler l’aéroport international Cardinal Bernardin Gantin si Akplogan venait à prendre son vol pour, apprend-on, aller se soigner. C’est ainsi qu’ils pensent marquer ouvertement leur désapprobation envers cette initiative du gouvernement. Acte très grave quand on sait ce que cet aéroport représente pour le Bénin. Aussi préfèrent-ils voir Guy Akplogan mourir au Bénin, voir son cadavre non enterré pendant 20 ans et pourquoi exposé aux vautours et autres charognards, même si Yayi prend la décision de les indemniser. Pour eux, il doit tout dire avant une quelconque sortie de prison à savoir : sur lui-même, le Boss et les autres. Maintenant, c’est au président Yayi de savoir quoi faire et surtout de ne laisser cette idée fleurir dans son esprit. Sa crédibilité dans cette affaire est en jeu et il se doit de prendre les choses par le bon bout au risque d’en subir les conséquences dans trois moins. Affaire à suivre…

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !