Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

12 octobre 2010 2 12 /10 /octobre /2010 03:14

(Waby Boukari récupère le gâteau mouvacier

 

Annie Léwan

Annick Baley a dit adieu à son poste  de rédactrice en chef  hier devant les conseillers de la Haac et certains responsables de la  télévision béninoise. Une décision consécutive,  selon plusieurs sources dignes de foi, à l’ambiance  qui  règnerait au sein de la première chaine de télévision  béninoise. En effet,   la rédactrice en chef démissionnaire en aurait eue assez de pratiquer son métier comme elle ne l’avait  jamais appris et au mépris des règles élémentaires de la profession. Il faut dire que  depuis quelques mois,  l’exercice de la fonction de rédacteur en chef n’était plus aisé pour Annick Baley dans les conditions qui étaient les siennes. Au nombre des griefs que son entourage révèle, on peut noter le dirigisme qui présidait la ligne éditoriale de l’office publique. Pour la rédactrice en chef l’information  n’était véhiculée que dans un sens et contre un camp, le même.  D’ailleurs, les nombreuses plaintes  formulées par les téléspectateurs à la Haac et même à la direction générale de l’Office en disent long sur ce que l’Ortb est devenue  sous le Changement. La maison se dispute  intolérance et refus de la contradiction,  censure systématique des voix dissonantes et   manipulation de l’information. Autant de choses qui défient la déontologie et l’éthique  et qui horripilaient au plus haut point  Annick Baley. Aussi,  lasse de se battre contre les moulins à vent et face aux dérives de plus en plus persistantes, la dame du 20 heures a-t-elle choisi hier,  alors que son office planchait face à la haute autorité de l’audiovisuelle, rendre son tablier, afin d’éviter d’être davantage souillée. ‘’ J’ai préféré me décharger’’, lâchera-t-elle à un de ses proches. Il faut dire qu’il y a plusieurs mois que la démissionnaire avait voulu jeter l’éponge, mais à l’époque par pudeur probablement sa démission ne fut pas acceptée. Quelques mois avant les échéances électorales prochaines, ce refus de marcher à reculons,  offre l’opportunité au Changement d’appuyer un peu plus sur l’accélérateur de la pensée unique. D’ailleurs, il n’y a pas eu 24 heures de flottement à la tête de la rédaction de la télévision nationale, désormais la place est faite pour qu’officie Wabi Boukari, nouveau rédacteur en chef et que d’aucun dise déjà très en jambe pour faire ce que répugnait  Annick Baley. En attendant l’ancienne rédactrice en chef peut estimer avoir gardé l’essentiel dans ce métier ;  sa probité et son professionnalisme.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !