Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

9 novembre 2010 2 09 /11 /novembre /2010 05:13

a. imothep

Le port de Cotonou sous Boni Yayi est plus ouvert que le ciel. Et le Bénin qui est parti pour être une plaque tournante du trafic d’armes de guerre dans la sous-région devient déjà très dangereux pour les pays limitrophes. C’est la conclusion à laquelle ont abouti les autorités nigérianes avant de décider hier de bloquer tous les camions entrant sur leur territoire et ayant chargés au Port de Cotonou. La goutte d’eau qui a fait déborder le vase, et qui a mis les autorités nigérianes dans un tel état, est l’arrestation jeudi dernier vers les hauteurs du Nord Nigéria, de dix (10) conteneurs remplis d’armes de guerre. Déjà déchiré par des tensions internes, le pays de Goodluck Jonathan n’a pas du tout intérêt à voir entrer sur son territoire comme de simples tubercules d’ignames, des conteneurs d’armes de guerre. Prenant donc la mesure de cette menace, la douane nigériane, a retracé la provenance de ces conteneurs, avant de se rendre compte qu’ils proviennent du Port de Cotonou. Aussitôt, l’autorité béninoise a été saisie, et naturellement, elle a tout nié en bloc. Elle a oublié que sous le Dg Aguessy, les éléments de la Dsld ont été tous renvoyés du Port de Cotonou, laissant ainsi les coudées franches aux grands réseaux mafieux d’opérer tranquillement au Port autonome de Cotonou. Le blocage hier des camions entrant au Nigéria et provenant du Port de Cotonou, vient comme pour annoncer un marasme qui se profile à l’horizon. Si, dans l’affaire Amani, et sous le grand stratège Kérékou, nous avons connu une fermeture de frontière, ce n’est pas, sous Yayi, qui a le don d’énerver, d’indisposer ses paires de la sous-région que la chose n’est pas possible. Fatigué de supporter le lourd héritage de son prédécesseur, Goodluck Jonathan ne lésinera pas sur les moyens pour couper le Bénin du Nigéria.

 

Les regrets                           

Vu les mesures prises aujourd’hui par le président du grand voisin de l’Est, point n’est besoin de s’offusquer quand on connait l’état piteux dans lequel végète depuis un certain temps le Port autonome de Cotonou. En effet, depuis la mise aux arrêts du coordonnateur national du Mca-Bénin, la grande artillerie américaine installée pour juguler la pauvreté, semble s’embourber. C’est le moins qu’on puisse dire quand on se réfère au chronogramme mis en branle pour hisser ce Port de Cotonou au rang de Port répondant aux normes internationales.  

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !