Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

31 octobre 2011 1 31 /10 /octobre /2011 06:12

ET

Existe-t-il encore une opposition au Bénin ? La réponse est aujourd’hui moins évidente au regard du pouls de l’Assemblée Nationale. En tout cas,  ce ne sont pas les dernières  adoptions  de lois qui iront dans le sens contraire. Il faut dire qu’à ce sujet, le nombre minoritaire des représentants de l’opposition est tel qu’il est difficile de voir  leur action au sein de l’Hémicycle. A cela, il faut ajouter que des opposants d’hier, se sont aujourd’hui reconvertis en mouvanciers. De fait, seule une poignée d’irréductibles tente de faire la résistance au sein de l’arène politique béninoise. Les figures de proue de l’opposition de ces 10 dernières années semblent avoir fait l’option du profil bas quand ce n’est pas carrément le choix d’être les échos de la mouvance présidentielle. Le leader du Prd absent du Parlement, maman Rosine moins présente et forcément moins percutante,  Amoussou Bruno, toujours silencieux, il ne reste plus qu’un Lazare Sèhouéto dont l’efficacité de la verve se dissout très vite dans la masse de voix dissonantes.  La Rb, le parti du Président Nicéphore Soglo, ayant visiblement changé de bord  et pris l’option de s’abreuver à la rivière, sous la férule de son nouveau président, présente les signes extérieurs d’un essoufflement politique. Ainsi, incapables  d’argumenter  devant  ses sympathisants qui sont eux restés dans l’opposition, la posture n’est pas   non plus brillante quand il s’agit de faire l’apologie de  la mouvance. Ce qui explique la situation de morosité politique  caractérisée par le manque d’un débat contradictoire sur les questions d’intérêt national.  Du coup, il existe une vague impressionnante d’absence d’interlocuteurs valables pour la défense des intérêts de la masse.  Pendant ce temps, le peuple est confronté aux vicissitudes de la vie singulièrement rugueuses ces dernières semaines.

En ce début de mandature, aucun des hommes politiques qui traditionnellement, du haut de  la tribune de l’Assemblée  s’adressaient au gouvernement au nom du peuple ne parviennent plus à capter suffisamment l’attention pour espérer être entendus. D’ailleurs, ils sont si peu nombreux à vouloir jouer ce  rôle, de peur,  apprend-on, d’être broyés. Désormais, les hommes politiques craignent plus d’être  pris pour cibles  par Yayi que de faire ce qui est supposé être leur boulot, défendre le peuple. L’objectif inavoué est de se conserver jusqu’au bout, jusqu’à la fin de la législature, histoire d’avoir une longévité politique. Autant dire qu’il s’agit ni plus,  ni moins que d’une démission collective des acteurs politiques, ou plutôt d’une mort programmée du concept  de l’opposition dans le processus démocratique en cours dans notre pays.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !