Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

17 septembre 2010 5 17 /09 /septembre /2010 05:38

Ernest latoundji :(corrp O/P)

Il a fallu que les députés usent  de leurs prérogatives par le biais de la conférence des présidents et de la réunion du bureau  pour tordre le coup  à l’ordre du jour de la séance plénière à l’hémicycle hier jeudi 16 Septembre 2010. Cette plénière devrait se tenir conformément  au chronogramme accepté par les tests et vue l’urgence qui s’impose au sujet des relectures des différentes lois qui somnolent sur la table de la commission des lois de l’administration et des droits de l’homme de l’Assemblée .En lieu et place  de la relecture  dont les rapports ne sont encore prêts à ce jour ils ont préféré  écouter le gouvernement   sur la question de la gestion de la filière coton dans notre  pays  depuis 2006 , c’est à dire dès l’avènement du régime du changement  qui stipule ce qui suit : « Dans le cadre de la promotion du secteur agricole, le gouvernement a consenti d’importantes ressources pour le relèvement de la production dans la filière coton. Conformément à l’article 110 du Règlement intérieur de l’Assemblée nationale, les députés soussignés demandent au gouvernement de lui faire le point exhaustif :1-Des subventions annuelles accordées à la filière coton de 2006 à 2010 et les autres accompagnements faits aux différentes sociétés et organisations intervenant dans la filière(distributeurs d’intrants, égreneurs et les associations de producteurs)2-De la production annuelle du coton de 2006-2010.3-Des subventions et autres accompagnements faits aux autres filières agricoles du Bénin. »Une question dont l’auteur principal est l’honorable AHOUANVOBLA Augustin  du  Parti Républicain Démocrate (PRD) .Et comme on le sait déjà, il s’agit de l’or blanc au Bénin et c’est pourquoi députés de la mouvance comme de l’opposition ont tenu à  dire leur mots à ce sujet .En lieu et place au point demandé par les députés signataires sur les subventions allouées par le gouvernement depuis 2006 , le ministre ADAMANYI Justin  de l’environnement a préféré faire balader les députés sur les chiffres de 2000 à 2005 et faire un bref aperçu sur 2006 strictement demandé part les  signataires , une situation qui a mis en mal ces derniers qui n’ont pas hésité à lui cracher les quatre vérités  au gouvernement du changement   qui  par ces actes risque d’enterrer  la filière coton au Bénin .C’est pourquoi ils appellent à la vigilance de tous  pour que cessent la mauvaise gestion autour de la filière , le non respect de l’itinéraire  technique et l’attribution frauduleuse  depuis 2001 des agréments aux paysans .

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !