Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

29 octobre 2010 5 29 /10 /octobre /2010 05:22

(Il n’y aura pas assez d’argent pour boucler le budget)

Annie Lèwan

Comment vont les finances sous Yayi ? Plutôt mal peut-on dire. En tout cas, ce qui ressort de la dernière rencontre des cadres de la Direction Générale des impôts et domaines est plutôt lugubre pour le gouvernement du Changement. En effet, il y a fort à parier qu’au terme de l’année fiscale en cours, les réalisations budgétaires, sont largement en deçà  des prévisions. Le gouvernement du Changement dans son budget 2010 adopté par ordonnance avait placé la barre à près de 320 milliards de recette pour cette régie financière. Une contribution qui devait apporter une impulsion aux ambitieux projets  de développement annoncés par le gouvernement du Changement et son prince.  A moins de 3 mois de la fin de l’année, il apparaît que la Direction Générale des impôts et domaines ne pourra pas  atteindre le quota à elle fixé par l’Exécutif. Si les arguments pas toujours convaincants  ne manquent pas  à  l’écoute de la Directrice Générale, il y a que jamais depuis plusieurs décennies, les impôts n’ont connus une telle contre-performance. Même si l’année dernière on pouvait se risquer de dire que  ça ne va pas,  cette année, c’est purement et simplement la catastrophe.

Pour exemple, à la même période en 2009, les prévisions étaient réalisées à plus de 70 %. Cette année, c’est avec grand-peine  que la barre des  60% a pu être atteinte. Du coup, de gros nuages pointent à l’horizon du recouvrement des recettes et il n’y a quasiment aucune chance, sauf miracle que les  milliards prévus puissent être encaissés. Enquêtes faites, il ressort que les impôts sur le bénéfice, les impôts salariaux, la TVA sont en nettes régressions. Ce qui infléchit lourdement la tendance. Du coup, on se pose la question de savoir si une fois de plus,  le manque de vision stratégique de Yayi et de son gouvernement  n’est pas à la base de ce loupé magistral que s’apprête à vivre Madame Baba Moussa, Dg impôt. A moins que ce ne soit la gestion de la directrice qui soit en cause, on comprend difficilement cette contre-performance. Cela étant, on ne peut s’empêcher de s’interroger sur l’esprit qui motive la décision de payer des primes aux  employés pendant que la maison n’atteint pas les résultats escomptés et que la part du budget nationale à honorer par cette régie ne soit probablement pas atteinte. D’autant plus que durant le mois d’octobre, au moins pendant la moitié, l’administration des impôts s’est enlisée dans les grèves à répétition, au motif essentiel de l’affaire Dangnivo.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !