Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

27 décembre 2010 1 27 /12 /décembre /2010 07:08

« La mouvance après l’investiture de l’Union fait la nation », c’est le thème autour duquel le ministre de l’énergie et de l’eau, Sacca Lafia, membre de la majorité présidentielle a été appelé hier dimanche 26 décembre 2010, à se prononcer au cours de l’émission « Question d’actualité » de Golfe télévision. Il s’agissait pour lui de dire comment le camp de la mouvance présidentielle apprécie cette investiture du candidat de la plus grande formation politique de l’opposition. D’entrée, le ministre Sacca Lafia a commencé par attaquer le coût exorbitant de l’événement. Pour lui, ce n’est pas bon de dépenser 500 millions pour un tel événement alors qu’il y a des populations qui croupissent dans la misère, surtout pour quelqu’un qui rêve de diriger un pays afin d’œuvrer pour son développement. Mieux, le caractère trop coûteux de cette cérémonie d’investiture montre comment les membres de l’Union fait la Nation comptent gérer le pays s’ils parvenaient à prendre le pouvoir, a-t-il démontré. Revenant sur l’investiture même, il a déclaré que : « Elle ne fait peur à personne ». Raison pour laquelle ce n’est pas un événement de haute portée mais plutôt un one man show déguisé pour susciter une sordide concurrence. Ainsi, sans difficulté aucune, le ministre de l’énergie a expliqué que cette investiture ne perturbe personne au sein de la mouvance présidentielle. Il a été plus acerbe en ce qui concerne le discours d’investiture du candidat de l’Union fait la nation. D’après ses explications, c’est un discours dont le contenu est plat, vulgaire et habituel. Le seul point positif qu’il relève dans ce discours d’investiture tenant lieu de projet de société est le plagiat constaté. Selon lui, le ministre, Houngbédji a triché le programme de société du Président Boni Yayi en 2006. Pour illustrer ses dires, il a cité le fait que le candidat de l’Un, Adrien Houngbédji choisisse d’emboiter le pas au président Boni Yayi : son désir à faire aussi les microcrédits aux femmes pauvres, et de poursuivre la gratuité de l’école. Toute chose qui selon le ministre montre non seulement qu’il n’y a pas d’innovations au sein de cette opposition, mais aussi et surtout que Houngbédji en personne ne fait pas peur au camp de la mouvance présidentielle, son investiture ne l’est pas non plus et surtout son discours n’émeut personne. Mieux, il est allé plus loin de ces considérations pour mettre en doute la capacité de l’Union fait la nation à gérer le pays. Par ailleurs, tout en dénonçant la démagogie du discours allégorique du candidat Houngbédji, l’invité de l’émission Sacca Lafia, est inquiet par rapport à la promesse démagogique de ce candidat qui envisage de distribuer un ordinateur par étudiant et aussi un milliard par commune. C’est pourquoi il trouve que le peuple béninois doit faire attention à ces gens qui ne cherchent que l’électorat pour 2011. Bref des vendeurs d’illusions en quelque sorte puisqu’il s’agit pour lui d’une promesse irréalisable au regard des réalités socio politiques du moment. Le fait que Me Houngbédji n’ait pas indiqué dans son discours en même temps, les ressources qui vont l’aider à  donner un ordinateur par étudiant et à octroyer un milliard par commune, en est la preuve palpable. Sacca Lafia a aussi mis en doute les raisons de cette union car en leur sein, « ce sont des gens qui se suspectent », a-t-il déclaré. Il s’est aussi exprimé sur la position de la mouvance par rapport au probable candidat Abdoulaye Bio Tchané. Analysant les rapports de force entre Boni Yayi et ses concurrents, le ministre a montré qu’il n’y a pas match. Et pour cause, le Président Boni Yayi à la différence de ses potentiels challengers, a des idées novatrices de paix, de l’unité nationale et de développement à proposer à son peuple. Ce qui l’amène balayer du revers de la main l’argument selon lequel  Yayi est perdant au regard de l’échec de la lutte contre la corruption. « On ne peut pas reprocher au gouvernement de n’avoir rien fait contre la corruption », dit-il. Au contraire, Boni Yayi est allé, selon lui, plus loin que quiconque : les limogeages des ministres et autres directeurs de société pour fait de corruption sont une première au Bénin. Le courage dont il a fait montre en demandant la levée de leur immunité malheureusement bloquée par l’opposition parlementaire, est significative. En définitive, le Président Yayi a trop fait en peu de temps ; il a réussi en peu de temps à faire d’énormes choses que les opposants n’ont pas réussi à faire lorsqu’il était à des postes stratégiques. Et ce n’est pas un Houngbédji sans argument solide qui lui fera peur. Donc, il garde encore ses chances de rempiler, conclut le ministre.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !