Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 08:32

(Le bébé de 15 mois gardé en prison pour des prélèvements secrets)

Pour curieux que cela puisse paraître, le chef de l’Etat ne serait lui-même pas d’avis avec le communiqué du procureur où celle-ci présentait ses condoléances à la famille Dangnivo après  l’exhumation du corps à Womey.  C’est donc pour s’assurer de l’identité du corps exhumé que Boni Yayi s’est investi personnellement dans cette affaire d’autopsie en convoquant l’ambassadeur de la France aux fins de trouver des médecins légistes étrangers pour des résultats fiables dans pour des résultats fiables.  Ce qui ne serait pas possible sans le concours de la famille du disparu qui doit fournir aux médecins certains effets personnels, intimes du disparu à défaut d’un prélèvement sur un membre authentique de sa filiation. Voilà qui a ramené sur le tapis le traumatisme que subit actuellement la fille du docteur Lègba  dont le bébé de 15 mois serait l’enfant biologique du disparu. Il faut remarquer ici que la pauvre dame avait déjà été citée au 3ème jour de la disparition de Dangnivo  par un de ses frères. Le chef d’accusation retenue contre elle était séquestration mais après enquête, la dame a recouvré sa liberté au parquet qui n’avait rien à lui  reprocher. Et c’est deux mois après quand le gouvernement s’est vu coincé par la famille du disparu qui s’est opposé à donner quelque élément que ce soit pour l’identification du corps, que le régime a décidé de surfer sur le maillon faible du système, dame Lègba. Elle a donc été très vite convoquée et jetée en prison. De quoi lui briser le moral, la fragiliser pour trouver le manège adéquat qui aidera à prélever sur son bébé quelque chose pouvant aider à l’identification du corps exhumé. Le fait que la dame ait été jetée en prison  avec son bébé illustre parfaitement l’intention opportuniste et vicieuse du régime en place qui, pour se tirer de cette nébuleuse est prêt à tous les sacrifices même les plus odieux. Grosso modo, contrairement au sérieux  qu’on veut donner au désir de la manifestation de la vérité pour expliquer la détention de la dame, c’est simplement parce que la famille du disparu n’a pas livré caleçon, brosse à dent, rasoir du disparu où  du sang des parents proches à lui que le pauvre bébé de quelques mois qui n’a même pas encore été reconnu par Pierre Urbain Dangnivo s’est retrouvé dans cette posture avec sa maman. Il reste maintenant que le médecin à la retraite Lègba père de la dame en prison croise les doigts pour que la famille Dangnivo accepte le compromis afin que Boni et son gouvernement n’aient plus intérêt à garder la dame et son bébé en détention.

Aboubakar paul

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !