Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 03:02

Comme au bon vieux temps sous la colonisation, le chef de l’Etat est actuellement sous la pression d’un ambassadeur  d’un pays colonisateur accrédité au Bénin. Le but de cette folle pression est d’obliger Boni Yayi  à rendre un appel d’offre infructueux simplement parce que la société dont le responsable est  l’ami personnel  de l’ambassadeur  a été battue dans la concurrence par une autre qui est heureusement pour le peuple béninois en association avec une société locale. C’est pour augmenter une dose à la pression déjà forte et changer  le cours normal des choses en République du Bénin et ce en plein 21ème siècle que le même ambassadeur, comme si les ministres de Yayi étaient de simples valets, arrachait au profit de son  protégé une rencontre avec le ministre d’Etat Pascal Irénée Koupaki. C’était en début de la semaine  écoulée. Il a été demandé au ministre Irénée Pascal Koupaki de peser aussi de son côté et de tout son poids pour d’une part trouver une formule pour attribuer le marché à  cette société perdante au détriment  de toutes les consignes de droit ou d’autre part rendre simplement infructueux l’appel d’offre. Ce qui permettra à cette société de continuer de régner seule sur la régulation des importations avec ou sans scanner comme cela a été le cas depuis des années. Le mode opératoire de l’ambassadeur en question a toujours été de faire croire à Boni Yayi et au ministre concerné qu’il recevait ses consignes directement du président du pays qu’il représente. Ce qui est faux. De sources  bien informées, il y a trois mois que son président l’a appelé. Il y a aussi trois mois  que préoccupé par le dossier ivoirien, son président n’a pas le temps de se rappeler du petit Bénin à plus forte raison, parler d’un dossier de scanners. L’ambassadeur voulait seulement ruser à faire peur à Yayi. Un Yayi  qu’il est sûr de manipuler à volonté. Mais il a oublié qu’il s’agit maintenant d’un Yayi candidat qui, à quelques semaines d’une élection aussi cruciale que celle du 27 février prochain, n’est pas prêt à magouiller et s’attirer la colère de ses compatriotes. Maintenant que pour une première fois dans l’histoire du Bénin, une société locale en collaboration avec le leader mondial Sgs a gagné le marché de vérification des importations vers le Bénin dans les règles de l’art, point n’est besoin de croire qu’on peut changer le cours des choses. Toute intoxication mensongère pour dénigrer le régime du Changement dans cette affaire est vaine. C’est du Bénin qu’il s’agit maintenant,  de l’intérêt de nos compatriotes et pour cela, Boni Yayi a le soutien de tout le monde. Dieu merci l’ambassadeur en question, comme l’a souligné une fiche de la Dgse, n’a plus échangé avec son président depuis trois mois. C’est du pipo.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !