Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

10 août 2010 2 10 /08 /août /2010 05:47

Le gouvernement pour  éviter les troubles sociaux s’est investi  dans l’affaire Icc-Services. Cette responsabilité assumée par le gouvernement de protéger le peuple béninois a été salué de tous car, ailleurs où la même escroquerie a sévi, les gouvernements de ces pays n’ont pas eu le même comportement.  Dans la découverte de cette grosse affaire d’escroquerie, il faut aussi saluer la vigilance des banques qui n’ont pas manqué d’attirer l’attention du gouvernement sur la question. Aujourd’hui, les banques peuvent se frotter les mains en guise de satisfaction car les fonds qui étaient placés dans les structures comme Icc-Services et consorts, vont emprunter désormais le circuit normal. Mais quelques années en arrière dans l’histoire des banques au Bénin permettent de se rendre compte que tout n’est pas réluisant dans ce monde. Pour cause, il y a quelques années, un homme d’affaires iranien, Mohamed Sadrollahi, s’est vu volé 4 milliards Fcfa alors qu’il croyait ses fonds bien sécurisés en les déposants sur un compte à la Banque of Africa (Boa). Chose bizarre, la banque n’a jamais pensé le rembourser en dépit du fait qu’elle ait reconnu que l’intéressé a bel et bien un compte logé à son niveau.  Mais alors qu’on s’attendait à voir le gouvernement  prendre ce dossier en main afin que justice soit faite, il a feint de ne pas être informé cautionnant ainsi le vol savamment orchestré par la Boa. Seulement ce que le gouvernement oublie, est que  cet audieux acte de la Boa aura de repercussions sur l’ensemble du pays. C’est en effet une mauvaise publicité pour le Bénin en matière d’investissements puisque les hommes d’affaires qui avaient choisi le Bénin comme destination, se verront obligés d’aller ailleurs dans la mesure où ils se diront que leurs fonds ne seront pas sécurisés au Bénin. Et cela serait un manque à gagner pour le pays et donc un frein pour son développement. C’est pourquoi pour éviter de donner l’impression qu’il est mêlé à cette affaire, le gouvernement doit se saisir de cette affaire afin que cet homme d’affaire iranien grugé par la Boa puisse entrer en possession de ses fonds. Cela contribuera à crédibiliser l’image du Bénin sur le plan international.

Romuald tchoukpa

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !