Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

1 septembre 2011 4 01 /09 /septembre /2011 06:04

Le centre de santé de Cadjehoun vient d’enregistrer dans ses locaux, un incendie dont la cause serait une prise de secteur de la SBEE. Pas de blessés, ni de perte en vie humaine mais d’importants dégâts matériels et financiers.

Houessinon florent(stag)


L’administration béninoise est caractérisée par une lenteur dans la prise des  décisions. Cet état de chose est décrié par la population toute entière. Ainsi, cette mauvaise donne vient de coûter cher au centre de santé de Cadjehoun, un centre situé à quelques encablures de la résidence du Président de la république, Thomas BONI YAYI.  En effet que s’est-il passé ? La maison étant déconnectée de l’énergie électrique à cause des nombreuses factures restées impayées et la caissière ne pouvant pas travailler dans l’obscurité, ne s’est pas prier d’utiliser les moyens archaïques pour s’acquitter de sa tâche. Ainsi, Madame AHOSSI Aubierge a dans un premier instant, utilisé une lanterne pour éclairer son local. Mais la lanterne étant à court de pétrole, n’a pu tenir la caissière dans l’éclat des lumières. Celle-ci, passa à un recourt secondaire. Elle utilisa une bougie toujours pour s’illuminer. Etant dans la douche avec cette bougie, elle fut alertée par la population du fait qu’il y a des flammes qui s’observent dans son bureau. Partis à grandes  enjambées, cette dernière n’a fait que constaté les dégâts matériels. Aucune perte en vie humaine mais des carnets de santé ont été consumé par le feu. Les dégàts de cet incendie s’élèvent à environs vingt-huit (28) millions de francs CFA. En tout cas, c’est ce que nous a livré la seule employée retrouvée dans ce lieu public. Chose curieuse, encore que ce soit un centre de santé. La principale cause de cette anomalie, est selon la caissière, la société béninoise d’énergie électrique (SBEE). Hormis toutes les conceptions, il urge que l’inspection générale de l’Etat, fasse une descente sur les lieux afin d’éclairer la lanterne public. Car les arguments, même s’ils ne sont peut être pas fallacieux ne tiennent pas encore la route. Les sapeurs pompiers n’ont même pas fait une incursion sur les lieux et   les dégâts s’élèvent déjà à une importante somme. Un flou persiste et tout montre qu’il y a anguille sous roche. Madame la ministre de la santé,  Kindé GAZARD, est vivement interpellée.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Société
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !