Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

27 septembre 2010 1 27 /09 /septembre /2010 03:08

Arnaud koumondji

L’inondation qui sévit au Bénin devient de plus en plus critique et tend à devenir une catastrophe naturelle. Plusieurs localités du pays sont frappées par cette montée des eaux qui continue de causer de nombreux dégâts. À Cotonou, les quartiers qui sont situés au bord de la lagune Nokoué, sont tous inondés, Djidjè, Hindé et autres ont les pieds dans l’eau. Ne pouvant plus circuler avec les voitures, les motos, la pirogue reste le seul moyen de déplacement possible. Les moyens de déplacement à moteur sont garés chez des amis pour éviter que l’eau ne détruise le moteur. C’est donc à bord des pirogues que les habitants de ces quartiers circulent. Le piroguier quant à lui fait payer la traversée à 50f Cfa d’une destination à une autre. Selon les plus anciens du quartier de Hindé, ce genre d’inondation est arrivé il y a environ 21 ans mais celui-ci est sans précédent. Des routes ont été coupées en deux à certains endroits par l’eau, sur certaines voies pavées, au lieu des véhicules, ce sont les pirogues qui ont remplacé les taxis, les zémidjans. Les enfants quant à eux et certaines personnes circulent à pieds dans l’eau, une eau de couleur noire et pleine de déchets. En dehors de ces quartiers, certains villages comme so-ava, Ganvié et les localités environnantes, situées sur l’eau ou sur des lopins de terres entourées d’eau ont été totalement inondées. Cette situation n’a pas épargné le nord du pays. Certaines villes du nord comme Karimama ont été aussi victime de la montée de l’eau avec également de nombreux dégâts. Le gouvernement n’ayant pas prévus un plan de secours, les populations sont livrées à elles mêmes et ne savent plus à quel saint se vouer.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !