Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 05:47
J.K. « Celui qui est appelé à être balayeur de rues doit balayer comme Michel-Ange peignait ou comme Beethoven composait, ou comme Shakespeare écrivait ». Il doit balayer les rues si parfaitement que les hôtes des cieux et de la terre s'arrêteront pour dire : "Ici vécut un grand balayeur de rues qui fit bien son travail" », disait le Pasteur Martin Luther King. Malheureusement, cette incitation à bien faire son travail pour l’épanouissement de l’humanité semble aujourd’hui être détournée à d’autres fins bien plus déplorables. Et pour cause, au fur et à mesure que l’on approche des fêtes de fin d’année, c’est de la même manière que les divorcés sociaux s’illustrent donnant ainsi de l’insomnie aux paisibles populations. En effet, ne voulant pas leur pain quotidien à la sueur de leur front, ces bandits multiplient et diversifient leurs stratégies d’attaques pour dépouiller toute personne qui se laisserait prendre au piège. Et l’une de leurs méthodes d’action est aujourd’hui facile pour permettre d’atteindre leur objectif. Ces bandits qui savent que c’est dans la nuit que les techniciens de surfaces des voies et routes œuvrent le plus à cause de la circulation qui est moins dense, ont vu en cette action de salubrité, une occasion d’endosser les habits de ces derniers pour dépouiller les usagers de la route qui s’aventurent dans les artères où ils tendent leurs guet-apens. Dans leur opération, ces bandits, bien déguisés en des balayeurs de rue nocturnes, posent des signalisations pour demander aux usagers de ralentir et ceci en plus des grands gestes qu’ils font. Lorsque les motocyclistes arrivent à leur niveau, ils les stoppent, les menacent à coups d’armes à feux et celles blanches tels que les coupe-coupe, les marteaux et arrachent leur moto, portables et autres. Par ailleurs, ils demandent à leurs victimes le type d’habits qu’elles veulent porter à savoir : ‘’manche courte ou manche longue’’ tout en n’oubliant pas de leur assener quelques coups. C’est malheureusement la sauce à laquelle des divorcés sociaux sont en train de manger les usagers de la route nocturnes. Pour ne pas se laisser prendre, il serait mieux que l’on redouble de vigilance en évitant les balayeurs de nuit ou en faisant demi-tour dès qu’on les aperçoit. Voilà comment l’insécurité change de jour en jour d’habit tel un caméléon.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !