Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

3 septembre 2010 5 03 /09 /septembre /2010 06:51
romuald tchoukpa Il sonnait environ 20 heures hier lorsque les braqueurs, à bord d’un véhicule ont une assiégé le périmètre jouxtant la prison civile de Cotonou et environ à 400 mètres du Commissariat central de Cotonou. Leur objectif : une Honda Crv nouveau modèle appartenant au directeur du Pafico-Bénin, une structure qui est sous la tutelle du ministère de l’agriculture. Une fois sur les lieux, l’opération n’a été qu’une question de minutes. Les braqueurs ont commencé par tirer des rafales en l’air semant la panique et il s’en suit naturellement une débandade au sein des habitants de ce quartier et des usagers de ce tronçon qui ont eu la malchance de se retrouver sur cet axe à cette heure précise. Après s’être rendus compte qu’ils sont désormais en territoire conquis pour quelques minutes, ils se sont emparés de leur butin, la Honda Crv convoitée avant de prendre tranquillement la clé des champs sans qu’aucune riposte ne soit apportée à cette agression qui pourtant s’est déroulée au nez et à la barbe des gardiens de la prison civile qui, aux dires de certains témoins de la scène, ont préféré se réfugier auprès des prisonniers sans oser montrer le bout de leur nez. L’autre fait surprenant dans cette histoire est que malgré la proximité du commissariat central, aucun mouvement de réplique n’a été enregistré à ce niveau là aussi. Et l’on se demande finalement dans quel pays nous sommes pour que des braqueurs se permettent le vilain luxe de venir narguer les paisibles populations sans être inquiétés. Il a fallu que les braqueurs disparaissent dans la nature pour que les forces de sécurité apparaissent. Rappelons que dans leur fuite, les braqueurs ont tiré sur autre véhicule 4*4 qui semblait les empêcher dans leur progression. Dieu merci, il n’y a pas eu de perte en vie humaine. Une fois encore, les divorcés sociaux viennent de défier pour la énième fois les forces de sécurité et leur dispositif mis en place pour les traquer en cas d’opérations surprises. Et pourtant, des voix se sont entre-temps levées pour attirer l’attention des responsables de la sécurité de revoir ce dispositif s’étendre à travers toute la ville de Cotonou malheureusement cela tombé dans les oreilles de sourd. Le ministre Souton doit revoir sa copie en urgence.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !