Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

7 octobre 2010 4 07 /10 /octobre /2010 05:32

Le dimanche dernier, c’est avec stupéfaction que tout le peuple a appris la nouvelle de l’entrée en politique du ministre d’Etat Pascal Irénée Koupaki à travers la prise de la présidence de l’Udbn. Du coup, beaucoup se demandent ce qui a bien pu motiver  le technocrate à franchir le pas après plus de 4 ans de distance vis-à- vis de la chose politique.  En effet s’il y a un ministre du gouvernement Yayi dont tout le monde s’accorde sur les compétences, c’est bel et bien le ministre d’Etat Pascal Irénée Koupaki. Ce n’est d’ailleurs pas par hasard que le portefeuille ministériel du plan, de la prospective et du développement lui a été confié. C’est aussi pratiquement le seul des ministres du gouvernement qui n’est pas politiquement actif sur le terrain. Le voir donc du jour au lendemain sur le terrain politique mérite bien des interrogations. Mais après analyse, on peut facilement comprendre pourquoi ce virage à 300 Km/H. Il ne fait l’ombre d’aucun doute que Pascal Irénée Koupaki est un technocrate avéré qui a déjà fait ses preuves au-delà de nos frontières. Mais comment peut-il mettre son savoir, son savoir-faire au service du développement s’il ne fait pas partie des organes importants de décisions de notre pays ? C’est depuis 2006 que la plupart des Béninois le connaissent. Comment cela aurait-il été possible si le chef de l’Etat ne lui avait pas fait appel pour figurer dans son gouvernement ? C’est pourquoi conscient de ce que sans la politique, il ne pourra pas mettre son génie au service du développement du peuple béninois, l’homme a finalement décidé de franchir le pas et poser l’acte, son entrée en politique. On n’a donc pas besoin d’avoir un doctorat en science politique pour comprendre l’acte du ministre d’Etat. L’autre chose qu’il convient de souligner, c’est que le ministre Pascal Irénée Koupaki en décidant d’entrer en politique ne veut pas venir grossir le nombre des hommes politiques que compte notre pays encore moins faire de la politique politicienne. Mais il compte rompre avec les habitudes en apportant une nouvelle façon de gérer la cité. Son discours lors du conseil extraordinaire de l’Udbn le dimanche dernier l’illustre aisément. Il en a fait cas en 5 points. Il s’agit de : La rupture

Rompre avec les habitudes "traditionnelles" de l’arène politique nationale marquée par la politique politicienne, les clubs électoraux ou les partis politiques de circonstance qui constituent non seulement le ferment à la transhumance, au débauchage  mais  qui empêche en plus la stabilité politique et institutionnelle nécessaire à la mise en œuvre de politiques de développement.

 

    Restaurer l’éthique dans la gestion

Le rôle important joué désormais par l’argent dans l’animation de la vie politique nationale fait le lit à la mal gouvernance et concours à l’échec moral de notre société. Cela appelle donc un changement  de comportement qui ramène l’éthique au cœur de l’action politique. Car "le développement durable doit être fondamentalement porté par une échelle de valeurs éthiques, culturelles et républicaines qu'incarnent absolument les décideurs et les principaux acteurs de développement".

 

    Une ambition collective pour le développement du Bénin

Cinquante ans après l’accession du Bénin à la souveraineté internationale et vingt ans après le début de l’expérience démocratique au Bénin, l’engagement dans l’action politique doit avoir pour principale motivation : "la consolidation de la démocratie et du progrès économique et social dans notre pays". Et si "les grandes démocraties du monde se sont consolidées à travers la stabilité politique, économique et sociale; et l'ambition collective qui leur a ouvert les portes du progrès économique et social. Pourquoi pas chez-nous? "

 

    Les jeunes et les femmes au premier rang

"Cette ambition collective peut être portée par les jeunes et les femmes". "Avec la jeunesse de l'UDBN et pour la jeunesse béninoise, nous devons préparer notre pays à affronter les défis du deuxième cinquantenaire de son indépendance. Elle doit en particulier être débarrassée des tares de l'intelligence corrompue pour devenir le fer de lance du développement.

" Dans de nombreux pays, les femmes ont réussi à s'intégrer dans tous les rouages de la vie politique, économique, sociale et culturelle. Au Bénin, des efforts restent à faire pour une participation accrue de la femme à l'animation de la Vie politique, économique, sociale et culturelle de notre pays."

 

    Bâtir le Bénin nouveau

"Il faut par l’une action politique quotidienne au service de la transformation sociale, par les combats contre la résignation et la désespérance, par les actions déterminées contre la mauvaise gouvernance, la corruption et les faux frais de l'économie, par une volonté sans faille et sans exclusive de lutter contre toutes les formes de discriminations et d'injustices, par une envie toujours renouvelée de porter la justice sociale et faire primer le respect du droit sur la force, et surtout par la foi et l'enthousiasme qui animent les bâtisseurs d'avenir, il faut que les  trois mots Fraternité, Justice, Travail se concrétisent dans le quotidien de chaque béninois et s'impriment à l'encre indélébile dans le nouvel avenir que nous voulons construire tous ensemble à l'UDBN pour le peuple béninois."

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !