Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 05:56

rt

Depuis hier, le président de la Fédération béninoise de football, Anjorin Moucharafou n’est plus libre de ses mouvements. Il a été arrêté par le juge du 2ème cabinet suite à l’évolution d’une supposée affaire Mtn/Jago qui remonte à des années. Mais en réalité, le problème est ailleurs.

Les circonstances de l’arrestation

Convoqué pour une énième fois à se présenter devant le juge du 2ème cabinet qui a en charge le dossier, le président de la Fédération béninoise de football, Anjorin Moucharafou  s’y est rendu en toute quiétude, parce qu’il ne se reprochait rien. Mais, c’est sans compter avec d’autres réalités qu’il ignorait jusqu’à son arrestation. Au Bénin, tout marche à reculons

Un plan bien ficelé

Le public sportif béninois s’étonne du fait  que ce soit en 2011 qu’on arrête le président de la Fbf pour une affaire cousue de fil blanc. Bien évidemment,  le moment ne s’y prête guère eu égard à la période très mouvementée que vit le football béninois. C’est un secret de polichinelle.  Après leur démission du bureau de la fédération béninoise de football  le 20 décembre 2010, les dissidents font feu de tout bois, afin d’avoir la peau du président Anjorin Moucharafou. Mieux, ils sont parvenus à briser son rêve pour avoir aidé les Ivoiriens à battre les Ecureuils à Cotonou le 05 juin 2011. Comme si cela ne suffisait pas, ils ont monté ce plan pour avoir sa peau. C’est comme cela qu’il faut comprendre son arrestation d’hier. Mais en vérité, les conséquences seront très fâcheuses pour le Bénin, car de sources concordantes, l’instance faîtière, la Fifa serait très remontée contre la mise en tôle de son œil au Bénin. Surtout  si elle découvre plus tard que c’est un plan tout monté.

La politique de deux poids, deux mesures

Il y a sûrement des non-dits dans cet épineux dossier. En réalité dans le contrat qui lie le fédération aux deux sponsors Mtn et Jago, il nous est révélé de sources concordantes que le ministère des sports en a géré 50% contre 30% par Ifap Sport et seulement 20% par la Fédération. Ainsi, tout est clair et le public sportif se demande pourquoi la justice a-t-elle laissé ceux qui ont géré la majorité et s’en prend à celui qui n’a géré que 20%? Il apparaît clairement qu’il y a eu une politique de deux poids, deux mesures ou soit, la justice béninoise est à double vitesse. Les mêmes sources révèlent que devant le juge hier, il a été demandé au président Moucharafou Anjorin de produire certaines pièces qui manquent à son dossier. Ce qu’il n’a pas pu faire sur le champ. La bonne nouvelle d’ailleurs est que ses pairs de la fédération ont pu réunir ces pièces qui manquaient au dossier dans la soirée d’hier et que si tout va bien, il recouvra sa liberté dès ce jour.  L’autre pan qu’on ne doit pas ignorer dans le sulfureux dossier est que le président Moucharafou Anjorin est en face d’une puissance financière  terrible, le Pdg de Cajf Comon qui a promis et a pu finalement avoir sa peau.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !