Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

18 octobre 2010 1 18 /10 /octobre /2010 04:26

Rbssc.jpgAkkilou yacoubou

« Chaque génération a dans une opacité relative une mission. Elle la découvre et la remplit ou elle la trahit». Une citation de Frantz Fanon dite par Akim Belco Latifou, directeur exécutif du Réseau béninois pour la Sécurité Sanitaire de la Consommation (Rbssc) lors de la conférence de presse qu’il a donnée vendredi 15 octobre 2010 au Codiam. C’est conscient de s’être découvert une mission qu’ils ne voudraient pas trahir afin de gagner le pari des Objectifs du Millénaire pour le Développement (Omd) que de jeunes scientifiques, ingénieurs, spécialistes du marketing de la communication et de la législation et beaucoup d’autres bonnes volontés se sont mis ensemble pour créer le Rbssc. Un réseau qui s’est donné comme objectifs d’assurer la sécurité et la veille sanitaire de la consommation au Bénin. C’est pour faire connaître les activités de ce réseau et bénéficier d’appuis nécessaires  pour une bonne marche de leurs actions que le Directeur exécutif et ses alliés étaient face à la presse vendredi dernier. Après avoir fait un état des lieux de la situation de l’Afrique tant en potentialités qu’en faiblesses, que le conférencier principal Akim Belco Latifou, ingénieur des produit agro-alimentaires, a fait la présentation du réseau pour en finir par les procédures détaillées pour l’application du système d’information rapide. Dans sa présentation du Rbssc, le directeur exécutif a dit que le réseau est une association à but non lucratif qui a des objectifs, des missions et des actions bien définies. L’existence du Rbssc est aujourd’hui comme un creuset devant permettre de trouver les réponses appropriées pour faire face à la délinquance économique, à la morosité économique et la pollution liée à la consommation, pour ne citer que ces problèmes de développement. Il s’agit aussi pour les membres du réseau d’attirer l’attention des populations sur les enjeux liés à la consommation. Et c’est justement dans ce cadre qu’ils mènent entre autres actions : organisation des séances de sensibilisation sur les Bonnes Pratiques d'Hygiène et les Bonnes Pratiques de Fabrication; Bonnes Pratiques de Laboratoires et Assurance qualité, l’organisation d'une veille stratégique de la consommation ; et la promotion de l'excellence et de la qualité à travers l'octroi du label ABOC aux différentes structures qui œuvrent dans la même dynamique. A signaler le Rbssc que n’agit pas en vase clos, il jouit de l’appui de laboratoires nationaux et internationaux comme : Cotecna, Sgf, Intersec, le laboratoire de la Défense française,  Multilab, et Bivac. A ce niveau les soutiens à divers niveaux sont attendus à www.rbssc.org, infos@rbssc.org, ou au 21141619 ou 66001196. Quant aux procédures détaillées pour l’application du système d’information rapide, le système vise essentiellement à réaliser un échange d'informations rapide en cas de  risque grave et immédiat pour la santé et la sécurité des consommateurs. Etant donné qu’il est impossible d'établir des critères spécifiques indiquant avec précision ce qui constitue un risque grave et immédiat, le Rbssc devra juger chaque cas particulier sur ses caractéristiques intrinsèques. Dès que l’existence d'un risque grave et immédiat a été décelée, le réseau consultera, autant qu'il est possible et approprié, le producteur ou le distributeur du produit concerné. Leur point de vue, et les informations qu'ils communiquent, peuvent être utiles tant aux administrations nationales qu'aux structures internationales pour déterminer quelles mesures doivent être prises pour garantir la protection des consommateurs en perturbant le moins possible les échanges commerciaux. Voilà en quelque sorte, comment le réseau entend s’y prendre pour la prévention du consommateur béninois. Enfin, le directeur exécutif a souligné qu’au Rbssc, il n’est pas question de laisser les populations consommer du moins cher à 10 Fcfa par exemple et ensuite se retrouver à l’hôpital pour en dépenser 25 Fcfa. Belle réflexion pour une belle initiative. Pourvu que les soutiens et appuis se manifestent afin de permettre aux populations de consommer les produits frais ou en boite en toute tranquillité.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Société
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !