Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

1 décembre 2010 3 01 /12 /décembre /2010 05:04

« Dans la plupart des pays, les citoyens possèdent la liberté de parole. Mais dans une démocratie, ils possèdent encore la liberté après avoir parlé. » André Guilois dans Liberté, égalité, hilarité. C’est ce qu’a compris le maire de Parakou, Soulé Alagbé qui lors d’une rencontre ordinaire, a évoqué son amour pour la diversité d’opinion. Une diversité qui en soi regroupe la liberté d’expression, d’opinion, de réunion, etc. selon lui, il faut cela pour qu’il y ait la démocratie. Mais c’était sans compter que ses propos allaient tomber dans les oreilles du président de la République, Boni Yayi qui n’a pas du tout apprécié cela. Dès cet instant, il a sommé le maire de Parakou à coup de chantages en lui demandant de qui il tenait son pouvoir. Analysant la situation et voyant que ce qu’on lui demandait n’était pas normal, le maire Soulé Alagbé n’a pas voulu mettre des barrières pour la manifestation des libertés qu’il voit sous l’angle de la diversité d’opinion. En d’autres termes, il a refusé d’être un béni oui-oui comme le préfet des départements de l’Atacora et de la Donga, N’dah Séko, pour mettre en œuvre tout ce que le chef dit même s’il est entrain de se tromper. Ce refus de procéder à la restriction des libertés dans sa commune est justifié car il n’y gagnerait rien à moins de s’attirer la foudre de ses administrés. Cependant, les rumeurs font état de ce que la maire tournerait dos à Yayi pour rejoindre Bio Tchané. Une information qui, si elle s’avérait, mettra davantage Yayi en boule qui n’hésitera pas à rendre la monnaie de sa pièce au maire Alagbé. En attendant que d’autres stratégies ne soient mises en œuvre pour limiter les libertés, on peut déjà dire qu’il y a malaise au sein de la majorité présidentielle et que si Yayi ne sait s’y prendre, il risque fort de se présenter aux élections avec seulement deux ou trois disciples derrière. Affaire à suivre.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !