Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

9 septembre 2010 4 09 /09 /septembre /2010 01:49

romuald tchoukpa

Pour dire non à l’insécurité qui a pris des proportions inquiétantes dans notre pays ces derniers temps avec la disparition de Pierre Urbain Dangnivo et la tentative de kidnapping de l’ancien ministre des Finances, Soulé Mana Lawani, les ténors de l’Un ont organisé hier une marche qui a connu un succès sans précédent malgré la volonté des mouvanciers de la faire échouer.

Les populations de Cotonou ont eu le temps hier d’apprécier toute la considération que le peuple béninois accorde à la vie de la personne humaine. Organisée pour dénoncer la disparition suspecte de Pierre Dangnivo et soutenir par la même occasion la famille de ce cadre du ministère des Finances, la marche qui a débuté à la place de l’Etoile Rouge de Cotonou a mobilisé une foule impressionnante qu’aucune manifestation n’a encore drainée. Les conducteurs de Zémidjans se sentant concernés par cette initiative n’ont pas manqué à l’appel, ils étaient des milliers à se confondre à cette foule. C’était donc une marée humaine qui a pris départ de l’Etoile Rouge avec pour point de chute le palais des sports du Stade de l’Amitié. Après avoir parcouru environ 4kms, Maître Adrien Houngbédji, le président Amoussou, leurs militants et sympathisants soutenus par les hommes en jaune vont se heurter à la résistance des forces de sécurité qui venaient de barricader l’accès au palais de sports depuis l’esplanade. Puisque l’enceinte du palais a été envahie par quelques militants Fcbe et responsables de la mouvance qui étaient venus disent-ils soutenir l’initiative du chef de l’Etat de s’impliquer dans la gestion de la crise de l’affaire Icc-services. Mais ceci ne les a aucunement empêchés de délivrer leur message à l’endroit de leurs militants et sympathisants.’’ Les armes ne tonneront pas dans notre pays, c’est la paix que nous voulons, il n’y aura pas d’affrontement…, ce sont là quelques propos du président Amoussou qui s’adressait à la foule. Après il a passé la parole au président Houngbédji qui a dénoncé l’insécurité dans laquelle le Bénin est plongé et contre  laquelle le gouvernement peine à trouver des solutions adéquate afin que les populations retrouvent leur quiétude. Le candidat  de l’Un n’a pas manqué lui aussi de donner de la voix à cette manifestation : Dangnivo,… Libérer Dagnivo,… Libérer Dangnivo,…Libérer Dangnivo,…scandait-il pour haranguer la foule qui le suivait avec admiration et le répétait dans cette volonté de soutenir la famille du cadre disparu.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !