Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

14 janvier 2011 5 14 /01 /janvier /2011 04:31

1.     Bientôt cinq ans que le régime du Changement s’est installé avec à la clé une nouvelle façon de gérer les affaires d’Etat. Le docteur Boni Yayi dès son arrivée, a affiché clairement ses ambitions, plus rien ne sera comme avant. Mais il semble qu’il y a encore des gens dans ce pays qui n’ont pas compris que les choses ont réellement changé. C’est l     a conclusion qu’on est tenté de tirer dans l’affaire d’acquisition de scanners au Port autonome de Cotonou (Pac). Surfacturations, procédure entachée d’irrégularités, etc…, à l’aide d’arguments les uns aussi biscornus que les autres, les mauvais perdants ont commencé par raller pour expliquer à qui veut les entendre l’inexplicable. Et pourtant, tout est clair. Dans ce dossier, alors que l’Etat n’a même pas encore mis le kopeck, c’est la société Sgs qui a préfinancé tout le projet afin de permettre au Port autonome de Cotonou d’accomplir convenablement sa mission pour de meilleures performances. Soucieux d’apporter leur contribution au développement de notre pays, les responsables de la société Sgs n’ont pas lésiné sur les moyens pour servir des matériels de qualité ‘’High Class’’ au port de Cotonou en ce qui concerne les opérations de contrôle des produits d’importation. Somme toute, une véritable aubaine offerte à l’Etat béninois pour permettre au poumon de l’économie nationale de décoller. Sous d’autres cieux, cette volonté manifeste d’accompagner le gouvernement est applaudie en bon perdant mais ici, au Bénin, où l’on se nourrit d’intrigues et de toutes sortes de machinations sournoises, on peut sans risque de se tromper dire que la réaction des concurrents de la Sgs est normale et c’est malheureux.

2.     Le bien ne fait pas du bruit et le bruit ne fait pas du bien

3.     Cette assertion, les amis du groupe Bureau-Véritas doivent se l’approprier. Et pour cause, en voulant jeter de l’opprobre par presses interposées sur un concurrent qui a légalement gagné un marché auquel ils ont tous soumissionné, se fait de la mauvaise publicité. En l’absence d’arguments juridiques de taille et vu que l’adjudicataire a été on ne peut plus professionnel dans sa démarche d’attribution du marché, le bon sens recommande dans cette situation précise tout au moins le fair-play si l’on ne peut s’abstenir de critiques au lieu de la campagne d’intoxication qui est menée contre l’Etat béninois et la Sgs.

1.     Une décision salutaire

4.     Dans ce dossier, il faut rappeler le rôle important que l’Etat a joué et qui mérite d’être souligné. En décidant d’attribuer ce marché à la Sgs, cette décision affiche la volonté du gouvernement de faire la promotion des entreprises béninoises qui, bien qu’ayant les compétences requises, étaient autrefois lésées au profit des grandes firmes étrangères qui au finish n’apportent pas grand-chose à l’économie béninoise. Donc, contrairement à ce qu’on pouvait penser et ce qui est ventilé dans certains journaux, cette attribution ne souffre d’aucun relent électoraliste. Le gouvernement a pris ses responsabilités et ce n’est pas les chantages issus des caisses de résonnance qui émousseront sa détermination à faire la promotion des entreprises nationales. A suivre…

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !