Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 02:27

(Soulé Alagbé a juste confirmé son impopularité)

 

Romuald tchoukpa

 

Le samedi dernier en réponse à l’adhésion des populations de Tourou dont il est ressortissant au Rdi donc à Abt, le maire Soulé Alagbé a tenté une action pour montrer à  Boni Yayi qu’il y a encore espoir rêver de quelque chose dans cette localité de la ville de Parakou. Ainsi de peur de s’attirer la colère de son mentor, l’autorité communale de la cité des Koburu a décidé d’organiser une marche  de soutien à travers les  concessions du coin. Mais comme on pouvait s’attendre, ça a été un non évènement à tout point de vue. Les populations qui parce que  dépossédées de leurs terres dans le cadre de la réalisation de l’aéroport international sans dédommagement ont  des dents pourries et longues des dizaines de kilomètres contre le Changement et son maître, le  président Boni Yayi ont  affiché une grande indifférence. Voyant venu le mal de loin  le maire Soulé Alagbé a alors compris qu’il faut faire appel à des marcheurs professionnels, des Johnny Walker qu’on a fini par transporter à bord  des camions pour déverser sur les lieux au vu et au su de tout le monde. A ceci, il faut également  ajouter les pauvres paysans de Tourou à qui il a été dit que leur dédommagement dépendra de la réussite de la marche. Mais malgré tout ceci, le spectacle a été désolant  et montre à quel point le maire Soulé Alagbé et son  mentor Boni  Yayi sont vomis dans cette localité de la ville. Ne sachant plus quoi faire pour sauver, l’image, l’autorité municipale que certains Parakois appellent le ministre de la ville de Parakou parce qu’ayant peur d’un certain limogeage a fini par franchir le rubicond du ridicule en décidant comme point de chute de la marche le marché de Tourou. Ce faisant, il a non seulement pris celui qu’il tente de flatter pour une feuille de tôle mais il a montré les limites de son réflexe politique  car même des enfants de Cp savent aujourd’hui que dans un marché on a tout et celui qui y  organise une manifestation du genre n’a aucune raison de se bomber le torse pour une quelconque popularité. D’ailleurs informées des vrais raisons de cette marche, les populations  de Tourou, même les quelques rares qui parce que attachées à cette affaire de dédommagement ont fait le déplacement ont  méconnu leur fils et frère Soulé Alagbé qui disent-ils ne fait par leur fierté. D’autres plus nombreux, notamment les jeunes et bras valides du coin ont quant à eux été clairs, on peut marcher ou même organiser des marathons de soutien à Boni Yayi, il n’y a plus raison qu’il remporte une quelconque élection encore moins celle de 2011 devant Abt à Tourou.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !