Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

4 octobre 2010 1 04 /10 /octobre /2010 06:13

Romuald tchoukpa

Les faits

Le vendredi 31 septembre passé, presque toutes les centrales syndicales  se sont donné rendez-vous à la bourse du travail à 8H pour marcher sur le ministère de la justice et protester contre cette manière dictatoriale, opaque et unilatérale avec laquelle le gouvernement du Changement gère le dossier relatif au supposé corps du cadre émérite du ministère des finances disparu depuis le 17 août dernier. Au nombre des centrales syndicales présentes, on pouvait noter, la CGTB de Pascal Todjinou, la CSTB de Gaston Azoua, la CSA de Dieu-Donné Lokossou, la COSI de Georges Kakaî  Glèlè, la Fesyntra de Laurent Metognon et bien d’autres. La marche qui a pris son départ aux environs de 9H, a eu pour point de chute le ministère de la justice. Là, devant les cadres et le ministre de la justice Grégoire Akoffodji, les responsables syndicaux ont apporté à l’attention du ministère le motif de leur marche. C’est alors que prenant la parole, Grégoire Akoffodji après les traditionnelles formules de politesse consistant à dire ‘’compte rendu sera fait à qui de droit’’ se devait en tant que Garde des sceaux, ministre de la Justice et autorité présente lors de l’exhumation de la supposée dépouille de Pierre Urbain Dangnivo de faire un petit commentaire ‘’si Dangnivo est vivant, nous le retrouverons. Je n’ai jamais dit que Dangnivo est mort. J’ai simplement dit que nous avons une piste. Si Dangnivo est vivant, je vous le répète, nous le retrouverons.’’

 

Les contradictions de Grégoire Akoffodji

Le lundi 27 septembre dernier, tous les Béninois du moins ceux qui avaient suivi l’actualité ce jour se rappellent comme si cela datait d’hier le discours du ministre de la justice. Grégoire Akoffodji avait dit :’’nous sommes sur une piste, une excellente piste. Nous avons retrouvé l’assassin de DANGNIVO. C’est un repris de justice ; un charlatan, un ‘bokonon’  Il a dit lors de ses premières dépositions, qu’on lui aurait proposé de l’argent, une forte somme d’argent….’’ Cet extrait de sa déclaration suffit pour confondre le ministre Akoffodji qui sous la pression des syndicalistes a changé de fusil d’épaule. Grégoire Akoffodji a changé de discours. Lui qui disait hier que l’assassin de DANGNIVO est retrouvé et qu’il fallait laisser la Justice faire son travail car disait-il :’’La Justice n’aime pas le bruit et le bruit n’aime pas la Justice.’’ Mais aujourd’hui curieusement, c’est ce ‘’bruit’’ qui semble t-il veut faire rejaillir la Vérité. Car c’est grâce aux menaces, à la pression et au bruit des syndicalistes que le ministre de la Justice a changé de discours. Mais au-delà de ce revirement spectaculaire dans le discours du ministre, que faut-il comprendre ? Cela laisse entrevoir qu’il y a un flou autour de cette dépouille que le gouvernement se complait à entretenir et à nourrir. D’un côté, le procureur qui s’empresse de présenter les sincères condoléances du gouvernement du Changement à la famille éplorée, de l’autre, le président de la République qui reçoit la représentation française au Bénin afin que cette  dernière aide le Bénin à procéder à l’autopsie de la dépouille querellée ; et au milieu, les déclarations contradictoires du ministre de la justice, qui contrastent avec la réalité. Enfin pour corser l’addition, un communiqué officiel qui autorise la famille du disparu à aller chercher le corps qui entre-temps, a été transféré d’une morgue privée à celle de l’Hôpital Hubert Koutoukou Maga qui est un centre public. C’est à croire que le gouvernement du Changement prend le peuple pour un troupeau de moutons de panurge. Il a certainement oublié la maxime du président américain John Kennedy qui dit : ‘’on peut tromper une partie du peuple tout le temps, quelque fois tout le peuple, mais on ne peut tromper tout le peuple tout le temps’’ Wait and see

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !