Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 06:58
Le Bénin célèbrera le lundi 1er Août prochain le 51ème anniversaire de son accession à la souveraineté internationale. Pour la couverture des manifestations entrant dans le cadre de la célébration de la fête de l’Indépendance, l’importance de la presse dans son ensemble est indéniable. Seulement, il se fait que les organisateurs de la cérémonie officielle ne sont pas de cet avis et pensent que seule la presse audiovisuelle a un rôle à y jouer. Du coup, la presse écrite et notamment privée est écartée au grand dam des journalistes qui sont seuls face à leur destin. De toute la presse privée béninoise, aucun organe de presse n’a été associé à la couverture médiatique de la cérémonie. Alors que c’est elle qui porte l’information aux populations à travers ses publications. Dans le même temps, des délégations des ministères seront convoyées de Cotonou vers Natitingou et hébergées dans les meilleurs hôtels de la ville aux frais de l’Etat béninois. Au même moment, les journalistes devront effectuer eux-mêmes le déplacement sur Natitingou à leurs propres frais au risque de leur vie. Chose curieuse, aucune des organisations de la presse n’a levé le moindre doigt pour condamner la chose. Tout se passe comme si c’est la norme. Le silence coupable de l’Union des Professionnels des Médias du Bénin (Upmb) n’étonne personne car elle-même dans l’organisation des formations qu’elle organise à l’endroit des professionnels des médias est très sélective. Seuls quelques-uns ont droit aux activités qu’elle organise. Ce comportement de l’Upmb en dit déjà long sur son mutisme par rapport à la marginalisation de la presse privée. Dans le rang des patrons de presse, la situation ne semble préoccuper personne. Si le mutisme observé par le Conseil National de la Presse et de l’Audiovisuel (Cnpa) n’est pas un scoop parce que depuis sa création elle n’a rien apporté à la presse, c’est le comportement du Patronat National de la Presse du Bénin (Pnpb) qui surprend. En effet, déçu par Malick Gomina et les siens, le patronat de la presse avait placé tout son espoir au Pnpb du président ABoubakar Takou. Au fil des jours, on se rend compte que c’est une jeune association par son âge mais vieille par son comportement en ce sens qu’il rejoint l’Upmb et le Cnpa dans leur inaction. Finalement, la presse n’a personne pour la défendre, pas même la Haute Autorité de l’Audiovisuel et de la Communication (Haac) dont la mission a été redéfinie depuis quelques années à l’insu des professionnels des médias. Jean kpingla

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !