Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

2 novembre 2011 3 02 /11 /novembre /2011 06:45

Le vendredi dernier, à la faveur d’un point de presse, Bruno Fangnigbé, coordonnateur communal Fcbe des départements du Mono/Couffo est monté au créneau afin d’attirer l’attention de la Haute autorité sur des actions spécifiques à mener à l’endroit des populations ressortissants de cette région du pays qui lui ont accordé plus de 56% de leur suffrage lors du mémorable scrutin présidentiel de mars dernier. Mais contre toute attente, et contre les intérêts desdites populations, un des fils du terroir qui plus est, un député élu au niveau de cette circonscription électorale, a cru devoir défendre le pouvoir contre des revendications fondées de son aîné politique Bruno Fangnigbé. David Gbahoungba puisque c’est de lui qu’il s’agit, s’est tristement et piteusement illustré en vilipendant son aîné par voie de presse pour, dit-il, rétablir la vérité. A la lecture du ‘’tract’’ qu’il a ainsi produit, on est tenté de lui poser certaines questions pour comprendre le bien-fondé de son action. A qui sont destinées les revendications ? Au cas où elles aboutiraient, à qui profiteraient-elles ? Il est désormais clair que le député David Gbahoungba vient d’entamer un combat de personne contre le coordonnateur communal Fcbe des départements du Couffo  en se bornant à citer les hommes politiques issus dudit département que le président Boni Yayi a promu à divers postes par rapport aux autres régimes qui n’ont pas pensé aux cadres de cette région. Toute chose qui vient apporter de l’eau au moulin de ceux qui disaient lors des législatives passées que ce candidat qui n’a aucune action à son actif ne peut une fois élu défendre les intérêts des populations. La preuve en est donnée maintenant que pour une fois que quelqu’un a eu le courage de dire haut et fort ce que tout le monde pense bas, au lieu de le soutenir même de façon discrète comme le font les gens de son espèce, David Gbahoungba a préféré saboter son frère, et conspirer contre les populations ‘’Adja’’ qu’il dit défendre. Voilà le vrai visage de l’homme qui est parti se réfugier à l’Assemblée nationale pour défendre ses intérêts égoïstes et personnels au détriment des aspirations de ces populations. Il a préféré soigner son propre image aux yeux de Boni Yayi que de défendre les intérêts des populations du Couffo. Mais ce qu’il a tôt fait d’oublier, c’est qu’on peut tromper une partie du peuple tout le temps, tout le peuple parfois mais jamais tout le peuple tout le temps. Il arrive toujours un moment où le peuple finit par se rendre compte de la supercherie. Mais là, seulement tombe sa sentence et elle est implacable et inévitable. Le député David Gbahoungba a encore le temps de se racheter en se dédiant et en soutenant son aîné Bruno Fangnigbé dans son combat pour l’émancipation et le développement des populations du Couffo. Autrement, il ne sera pas raté par les populations.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !