Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

29 novembre 2010 1 29 /11 /novembre /2010 04:35

Annie Léwan


Samedi dernier, la rumeur qui veut que Boni Yayi ait  une peur bleue de Abdoulaye Bio Tchané s’est muée en parole d’évangile. Yayi a peur de Bio Tchané et il ne faut pas avoir peur de le dire. Ceux qui n’y étaient pas, peuvent être certains qu’ils ont raté quelque chose. Du spectacle,  du show, bref une démonstration de force  qui a laissé pantois autant les supporters de Yayi, les invétérés comme l’ancien ministre Toléba, originaire de Djougou, et le préfet Atacora Donga, Gervais N’dah Sékou  que les propres supporters de Abdoulaye Bio Tchané qui étaient pourtant aux premières loges de la foule qui l’attendait depuis Founga à quelques kilomètres de  Djougou.  Aux dernières nouvelles, aucun homme n’a pu mobiliser autant de monde dans cette région depuis des décennies. C’est dire combien de fois ABT est adulé à Djougou.  En effet,  l’anniversaire du trentenaire du décès de Moussa Bio Tchané a offert une opportunité  à la classe politique tout entière d’apprécier  le poids politique du président  de  la Banque ouest africaine de développement (Boad).  Un poids si important qu’il a nécessité  que  le pouvoir en place magouille, traficote  pour essayer de faire bonne figure ou de faire croire que la ville de Djougou est  divisée, au moins et au plus,  est Fcbe. Peine perdue,  malgré le message d’alerte lancé par le préfet  N’dah Sékou et les  contre manifestations (marche bancale de soutien pour la Lépi) dont le dessein est d’annihiler la manifestation prévue par la famille Bio Tchané. Fiasco,  pour la tentative de  vengeance  pour  l’humiliation subie,  quand la garde républicaine  a procédé à l’arrestation  de deux sympathisants de Abt pour avoir osé critiquer  l’insolent bâtiment de Yayi Boni (encore un),  construit en un temps record en plein cœur de la ville et narguant impunément  la souffrance des populations de Djougou.  Quel que soit le cas de figure et la contre mesure déployée  par les responsables cauris, le monde qui s’est mobilisé pour accueillir Bio Tchané et qui l’a suivi  de son domicile à la mosquée puis revenu avec lui  ce Samedi 27 Novembre  a suffi pour mettre chacun à sa place,  et pour assez longtemps.  Sommés  à l’emporte pièce de venir aux secours d’un Yayi  laminé sans le moindre effort par Abt, les   conseillers  du chef de l’Etat, le préfet,  les ministres et  Directeurs généraux, anciens et nouveaux, originaires de Djougou et alentours,   mobilisés pour faire barrage  à Abt n’ont rien pu faire que constater leur impuissance. La machine Abt n’a même pas démarré que les remparts de Yayi, si chèrement entretenus,  cèdent les uns après les autres.  Le raz-de-marée de Djougou le samedi dernier,  pour les analystes les plus avertis,  présage  des lendemains radieux  pour d’éventuelles ambitions  politiques du président de la Boad et logiquement des nuits agitées pour Boni Yayi.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !