Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

27 octobre 2011 4 27 /10 /octobre /2011 05:07

Depuis quelques années, le convoyage des pèlerins musulmans béninois au Hadj en terre sainte islamique est sujet à beaucoup de problèmes à savoir : manque d’avions, retard dans le convoyage et escroquerie des pèlerins par certaines compagnies et autorités. Pour régler ce problème devenu récurrent et surtout pour couper court au calvaire des pèlerins, le gouvernement béninois a mis sur pied une commission chargée de l’organisation du convoyage des candidats au Hadj. Mieux, un Haut commissaire au pèlerinage a été nommé pour veiller à la bonne marche du transport des pèlerins. En dépit de toutes ces dispositions pratiques prises par l’Etat, le Hadj de cette année  a connu les mêmes ratés au grand dam des pèlerins. Toute chose qui a suscité des réactions de part et d’autre au sein des autorités. C’est d’ailleurs dans le lot des réactions qu’on a appris que l’échec de cette année serait dû à une lettre envoyée par le directeur général de l’Agence nationale de l’aviation civile (Anac) aux autorités  saoudiennes. Mais de quoi s’agit-il ? Dans le cadre du convoyage des pèlerins, il a été lancé un avis d’appel d’offres pour retenir la compagnie devant se charger de leur transport. A la suite du dépouillement et de l’étude des dossiers, c’est l’agence de voyage Al Lama qui a été retenue. Vu les difficultés de cette société à honorer ses engagements, le Haut commissaire au pèlerinage, Rafiou Toukourou a joint au téléphone le directeur général de l’Anac Aristide de Souza, lui demandant d’autoriser la seconde compagnie, Centrafrique Air Express à convoyer de façon parallèle les pèlerins à la Mecque. Vu la délicatesse de la requête, le Dg/Anac s’est référé à son ministre de tutelle Lambert Koty qui tout en demandant au Dg/Anac de donner l’autorisation, a  pris la peine d’émettre quelques inquiétudes, notamment celles de ne pas voir cette démarche mettre l’Etat béninois en difficulté par rapport aux engagements antérieurement pris. C’est donc suite à cette correspondance du ministre des transports publics au Haut commissaire au pèlerinage que le Dg/Anac Aristide de Souza a donné autorisation à la compagnie Centrafrique Air Express et adressé le 17 octobre passé une correspondance aux autorités saoudiennes afin que celles-ci puissent non seulement autoriser ladite compagnie mais aussi et surtout lui établir un slot, c’est-à-dire un programme de voyages. Mais la position des autorités saoudiennes a été très claire. C’est non. Elles ont estimé qu’à partir du moment où une compagnie a déjà été retenue par la partie béninoise, il n’est pas question qu’une autre soit encore autorisée. Par conséquent ceux qui disent à tort que c’est la lettre du Dg/Anac  l’Anac qui a constitué la source de l’échec du convoyage des pèlerins se trompent de cible. Le seul coupable de ce cuisant échec reste et demeure le Groupe Al Lama qui devrait avoir commencé le convoyage des pèlerins depuis le 16 octobre dernier selon le chronogramme fixé par les autorités saoudiennes.

Les vraies raisons de l’échec

La compagnie Al Lama est le seul responsable des ratés observés dans le convoyage des pèlerins. D’abord, elle n’a pas pu déposer la garantie bancaire nécessaire. Ensuite, elle n’a pas pu trouver d’avions parce que le montant qu’elle proposait était trop bas. Malgré le montant exorbitant imposé aux pèlerins béninois par cette compagnie comparativement aux compagnies qui interviennent dans les autres pays de la sous-région, elle n’a pas pu honorer ses engagements. La question qu’il convient de se poser au vu de tous ses ratés est de savoir pourquoi pour le convoyage des pèlerins à la Mecque, le gouvernement et les différentes structures chargées de la bonne marche du pèlerinage ne peuvent pas choisir une des compagnies régulières en accord avec l’Anac, les intérêts financiers en jeu sont-ils plus importants que le hadj ? Autant d’interrogations qui doivent faire réfléchir les autorités de ce pays. 


Jean kpingla

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !