Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 05:42

Romuald tchoukpa

Le ministre de la justice est monté au créneau la semaine écoulée pour donner des informations et explications sur la suite des enquêtes pour retrouver le cadre du ministère de l’économie et des finances, Urbain Dangnivo, disparu depuis le 17 août 2010. S’il a eu à donner des informations sur les deux pistes suivies pour élucider à savoir l’hypothèse selon laquelle le disparu serait encore vivant et celle qui devrait permettre aux médecins légistes béninois, français et allemand d’aboutir à la détermination de la véritable identité du corps découvert à Womey Akangon.  A propos de cette dernière hypothèse, le ministre a affirmé qu’il y a une certaine réticence de la part de la famille du disparu pour mener à bien les tests d’Adn.  Pour lui, la famille serait en train de rendre la vie dure aux légistes en refusant les prélèvements nécessaires pour la mise en œuvre du test d’Adn.  Situation inimaginable si réellement les faits sont avérés! En effet, il est incompréhensible qu’une telle attitude vienne de la famille si tant est qu’elle est tient mordicus à ce qu’on retrouve le disparu même si ce cas les amène à l’hypothèse que le disparu serait mort. Une attitude qui montre que la famille refuse d’admettre l’idée que le corps découvert puisse être celui de Urbain Dangnivo. Ce qui suppose que l’on ne pourra pas aboutir à la détermination de l’identité du corps disparu afin que la vérité puisse se manifester. C’est ce qu’on peut retenir de la sortie du ministre Grégoire Akoffodji.

 

Le premier se donne toujours raison… 

 « Le son de la flûte est bon à entendre dans la bouche du flûtiste », dit un proverbe africain. C’est bien beau ce que dit le ministre. Cependant, l’on ne saurait jeter de l’opprobre sur la famille Dangnivo car quoi qu’il en soit,  au cours de cette sortie, le ministre ne saurait jeter le tort sur le gouvernement. Au contraire, c’est ce qui devrait être, c’est de ça il a été question : indexer la famille du disparu comme étant à l’origine du blocage. Maintenant, il revient à celle-ci de s’exprimer pour donner sa version de faits. C’est la seule manière pour que les Béninois puissent être au courant, et savoir sur qui jeter le tort. L’autre chose est de se demander si le gouvernement a fait les démarches nécessaires auprès de cette famille  avant que l’évocation du blocage dont en a parlé le ministre Akoffodji au cours de sa sortie car il ne sait à rien de vouloir transformer cette affaire en un show médiatique dans lequel les forces ne sont pas égales. Quoi qu’il en soit, les jours à venir nous édifieront encore plus sur la suite des événements. Affaire à suivre…

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !