Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

11 novembre 2011 5 11 /11 /novembre /2011 06:34

‘’ On ne peut pas faire d’omelette sans casser des œufs’’ dit-on souvent quand l’on se retrouve dans une posture qui ne nous laisse aucune marge de manœuvre, pourtant on doit se surpasser pour trouver à défaut d’une solution consensuelle, le juste milieu afin de contenter tout le monde. C’est face à ce dilemme que se trouve actuellement le 1er adjoint au maire de Cotonou Léhady V. Soglo qui obligé de bousculer les mauvaises pratiques des populations qui étaient habituées à se complaire dans le désordre, l’anarchie et le laisser-aller. Mais comme les choses ne peuvent pas demeurer éternellement ainsi, à la faveur de l’arrivée prochaine du souverain pontife, les autorités communales ont décidé de mettre les pendules à l’heure. Mais comme on pouvait s’y attendre, la nouvelle n’a pas été bien accueillie. Mais avec la campagne de sensibilisation, les populations ont commencé à comprendre que tout cela est fait pour le bien de la ville et ne vise personne de particulier. Seulement, comme chaque pays a ses endroits célèbres, Cotonou a également les siens. Et justement le kiosque de vente de journaux communément appelé kiosque morgue en fait partie. Quoiqu’on dise, cet endroit est devenu une référence  où on trouve toujours les journaux. Mêmes les grands reporters de la Rfi, de Cfi de passage au pays prennent par cet endroit réputé pour prendre le pool de l’actualité au Bénin et aussi chose inédite, voir comment les conducteurs de taxi-motos communément appelés  ‘’zém’’ et qui sont à majorité analphabètes font des analyses politiques pointues.

Eu égard à tout cela, nous ne pouvons qu’appeler les autorités communales à plus de clémence, de compréhension et d’humanisme. Au mieux des cas, faire un plaidoyer dans le sens de renforcer financièrement le promoteur des lieux afin qu’il puisse aménager d’avantage l’endroit et le rendre beaucoup plus attractif. Comptant sur le sens aigu de compréhension des autorités communales, nous espérons que nos appels ne sont pas tombés dans des oreilles de sourds et qu’ils seront pris en compte pour la préservation et la rénovation de ce lieu qui tend à devenir un site touristique au Bénin.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Société
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !