Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

21 septembre 2010 2 21 /09 /septembre /2010 07:26
(Norbert Cossi AWANOU sème l’espoir) Le lundi 20 Septembre 2010 a eu lieu le lancement d’un colloque international à l’INFOSEC de Cotonou. Prévu pour durer trois jours, ledit colloque fait de différents panels va porter sur les aspects spécifiques de la thématique :’’L’ordre et l’instabilité dans les Afriques en transition’’. Sidoine AHONONGA (stag) ‘’Entre ordre et instabilité : Espaces langues et cultures dans les Afriques en transition’’, voilà le thème qui réunit depuis hier à l’INFOSEC de Cotonou sociologues, anthropologues, géographes, linguistes, littéraires et juristes. Durant trois jours, ces spécialistes des sciences humaines vont s’asseoir autour d’une même table pour discuter des espaces, des langues et des cultures dans ces Afriques en transition. Et comme ce séminaire est le fruit du partenariat entre l’Université de Bayreuth et le centre d’excellence Bayreuth International Graduate School of African Studies et l’Université d’Abomey-Calavi,c’est le recteur de l’UAC, Norbert Cossi AWANOU qui s’est d’abord réjouit du cachet spécial que porte l’organisation dudit colloque au Bénin avant de préciser la double facette de cet événement : la nécessité de prendre connaissance et de théoriser sur les mutations sociales ,les transformations des structures sociales dont la maitrise est indispensable pour la prise d’initiatives politiques pertinentes et la construction de la connaissance fondamentale afin de nourrir les perspectives et l’émergence de nouveaux outils de développement. Ce dernier n’a pas oublié dans son speech de rendre hommage aux collègues des universités de Kwazulu Natal, du Mohamed 5, de Modlande Université Angola qui ont contribué vivement au succès fulgurant du colloque. L’ambassadeur de la République Fédérale de l’Allemagne près le Bénin, Albrecht CONZE, n’a pas non plus raté cette occasion. C’est pour lui le moment de passer en revue quelques aspects du partenariat entre son pays d’origine et celui du Bénin. Fini ce discours, le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique François Adébayor ABIOLA a pris la parole pour procéder au lancement officiel de ce colloque. Mais avant, le ministre de tutelle a tenu à remercier ceux qui ont effectué le déplacement sur les lieux et a émis le vœu de voir l’Allemagne porter un coup de main au Bénin dans les domaines de la médecine et de la pharmacie. Pour finir son propos, le ministre de l’Enseignement Supérieur a souhaité que le colloque soit bénéfique à tous les participants avant d’ouvrir les travaux dudit séminaire scindé en 11 panels de trois communications. Il faut noter que ledit colloque, le 2ème du genre en terre africaine après le Maroc, prend fin le mercredi 22 Septembre prochain.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !