Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

2 février 2011 3 02 /02 /février /2011 05:14

i(Alors qu’il n’y a qu’une place sur les 20 000 emplois)

 

Romuald tchoukpa

Le patron de l’Organe présidentiel de médiation (Opm) ou tout simplement le professeur Albert Tévoèdjrè a été choisi comme le parrain de la cérémonie de remise de diplômes de licence et master aux étudiants de l’institut Cerco. Comme il est de coutume dans de pareilles circonstances, le parrain qui est choisi pour être un exemple pour les heureux récipiendaires, délivre un message à l’endroit de ces derniers. Dans son allocution, le professeur Albert Tévoèdjrè a eu des mots revigorants à l’endroit de ces étudiants et surtout leur a fait comprendre que le marché de l’emploi leur est grandement ouvert même s’il n’est pas à exclure qu’ils peuvent s’auto-employer. Beau discours qui en rappellent d’autres car les Béninois se souviennent encore des 20 000 emplois annoncés il y a quelques années par le Renard de Djrègbé. Des emplois dont lui seul a pu en dégoter un seul, l’Opm, pour en jeter on ne sait où les 19 999 autres. Mieux, il n’y avait qu’un seul emploi sur les 20 000 annoncés. Dans de telles conditions, il est à se demander de quels emplois parle le professeur Tévoèdjrè car il ne faut pas prendre les Béninois pour des briques de 15 creuses ou plutôt pour des rigolos. C’est pourquoi, les diplômés de cette promotion de l’institut Cerco ne doivent pas se laisser fasciner par les propos du Renard de Djrègbé au risque de perdre le fil des événements et terminer dans les arcanes de l’absence d’emploi et du chômage. Comme le dit un proverbe africain « c’est une seule fois que l’on piétine les testicules d’un aveugle vigilant ». Maintenant, il reste à savoir si les étudiants de Alain Capo-Chichi vont prendre la mesures des choses. Au cas contraire, il leur sera difficile de « Réussir à 25 ans : un exemple africain ».

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Actualité
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !