Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Profil

  • Fockly
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit.
De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.
  • La vie, c'est la positivité, l'espoir en un monde plus meilleur. Bref, un autre monde est possible comme on le dit. De plus, il faut être fier d'être ce qu'on est et de ce qu'on a.

Grain de sel

« Si quelqu’un t’a offensé, ne cherche pas à te venger. Assieds-toi au bord de la rivière et bientôt tu verras passer son cadavre »

 

Lao-tseu

Rechercher

Savoir plus

Nous sommes tous...     


Le Béninois Libéré

Le journal du peuple

Le Bénin en Lumière

Ainsi va le monde !!!

 

Ebola : la recette béninoise !


Aux grands maux, les grands remèdes, dit-on. Annoncé comme une maladie qui n’a pas de remède comme le VIH/Sida, le virus Ebola créé toujours la psychose au sein des populations. Mais découragement n’est pas béninois car des Béninois semblent avoir trouvé une recette. En effet, des rumeurs circulent sur une soi-disant recette à base de sel et d’oignon. Est-ce pour se prémunir ou pour en guérir ? Bien malin qui peut nous dire si cela est faux ou pas. En tout cas, avec ces populations désemparées, le ministre de la santé a quand même du pain sur la planche…

1 février 2011 2 01 /02 /février /2011 05:44

charles-élysée

D’entée de jeu, le ministre d’Etat chargé de la défense nationale a voulu faire une mise au point indispensable. Il a situé le contexte dans lequel s’inscrit son intervention du jour. En effet, le présent point de presse est suscité par la récente déclaration de Me Adrien Houngbédji, candidat de l’Union fait la Nation à la présidentielle de février prochain à l’occasion de la fête des Forces armées. A travers une sortie médiatique le vendredi dernier, le présidentiable Houngbédji a dénoncé ce qu’il qualifie de récupération politique de la part de la mouvance, la fête des Forces armées et a justifié ainsi le boycott de la part de l’opposition dudit événement. Considérant que les sujets touchants aux Forces armées sont des sujets de souveraineté et qu’ils ne doivent en aucun cas faire objet de manipulation, le ministre d’Etat chargé de la défense est donc monté au créneau pour fustiger et mieux apporter sa part de vérité notamment en ce qui concerne les chiffres. De la prétendue vétusté des casernes et dortoirs, aux limites d’âges des sous-officiers et militaires, en passant par le logement et primes de logement pour finir avec les investissements à l’hôpital d’instruction des armées, le ministre d’Etat a décortiqué point par point les différents aspects soulevés par Me Adrien Houngbédji lors de sa sortie médiatique. A chaque étape, chiffres à l’appui, Issifou Kogui N’douro a rétabli la vérité. Par exemple, pour ce qui est des casernes, trois nouvelles ont été construites à Tanguiéta, Djougou et Dassa ; d’autres casernes et écoles ont été réhabilitées à : Ouidah avec un renforcement de la capacité des dortoirs qui totalisent désormais 480 lits avec placards individuels ; Ségbana avec 140 lits ; le camp de Parakou dont la clôture a été érigée, et deux dortoirs qui totalisent 280 lits. Pour ce qui est des primes de logement, il faut retenir que la nouvelle grille proposée par la commission interministérielle pour les indemnités de logement a connu une augmentation de  3.5% à 6% suivant les différents grades. Enfin, le volet investissement à l’hôpital des armées. Contrairement aux 29 milliards déclarés investis pour l’hôpital des Armées, il y a lieu d’indiquer que des précisions ont été apportées en son temps. Il s’agit de l’acquisition de matériels majeurs, techniques, et tactiques ainsi que des matériels roulants. Il a fini en exhortant toutes les composantes de la société à épargner les Forces armées béninoises de tous débats politiques visant à fragiliser leur neutralité qui est gage de paix, et de garantie du processus démocratique.

Partager cet article

Repost 0
Published by Fockly - dans Politique
commenter cet article

commentaires

A chacun sa force de frappe !

   A défaut de pirate, un pêcheur peut faire l'affaire !

 

Pourquoi chercher loin quand il y a à côté ? dit-on. C’est cette politique que les garde-côtes béninois ont pratiqué vendredi 11 novembre dernier. A défaut de s’en prendre aux pirates qui ne cessent de les narguer puisqu’on est à peu près 20 actes de piraterie, ils ont mesuré leur adresse de tir sur deux pêcheurs béninois dont l’un a rendu l’âme du fait des balles reçues. Voilà comment notre Marine se prépare pour parer aux pirates dont ils ne voient jamais la poussière. Drôle de d’entrainement !